Quinze marins britanniques capturés par les Iraniens
Actualisé

Quinze marins britanniques capturés par les Iraniens

La marine iranienne a provoqué un incident diplomatique vendredi en capturant 15 hommes de la Royal Navy britannique.

Ils étaient engagés dans l'inspection d'un navire marchand dans les eaux territoriales irakiennes.

La Grande-Bretagne a aussitôt réagi en convoquant au Foreign Office l'ambassadeur d'Iran et en exigeant la libération immédiate de ses militaires, enlevés alors qu'ils procédaient en vertu d'un mandat de l'ONU à «un contrôle de routine».

«Il se peut que ce soit une méprise. C'est en tout cas comme cela que nous le prenons à l'heure actuelle. Nous attendons que cette erreur soit rectifiée», assure-t-on de source autorisée à Londres, tandis que Téhéran observe pour le moment le mutisme le plus total.

L'incident s'est produit en milieu de matinée au large de la péninsule de Fao, dans le Chatt al Arab, le confluent du Tigre et de l'Euphrate qui marque la frontière entre l'Irak et l'Iran.

La veille, l'Iran avait entamé une semaine de manoeuvres navales tout le long de ses côtes, y compris dans cette partie stratégique du Golfe qui jouxte les immenses gisements pétroliers de l'Irak, de l'Iran et aussi du Koweït.

En sécurité

Les marins britanniques «venaient d'achever sans encombre l'inspection d'un navire marchand lorsqu'ils se sont retrouvés avec leurs deux embarcations encerclés par des bâtiments iraniens et escortés vers les eaux territoriales iraniennes», a précisé le ministre de la Défense à Londres.

Lors d'une interview télévisée, le contre-amiral Nick Lambert, commandant de la flotte britannique dans le Golfe, a précisé avoir reçu l'assurance, par le biais des «maigres échanges de communications» qu'il maintient avec les autorités iraniennes pour des motifs purement techniques, que les 15 marins enlevés «étaient en sûreté entre leurs mains».

Un incident analogué s'était produit en juin 2004 lorsque des Gardiens de la révolution iraniens s'étaient emparés dans le Chatt al Arab de huit militaires britanniques, qui avaient passé trois nuits aux mains de leurs ravisseurs avant de retrouver la liberté. (ap)

Ton opinion