Actualisé 18.07.2019 à 10:19

Kloten (ZH)

Quitter l'avion pour le train n'était pas une bonne idée

Un couple a interrompu son vol pour rentrer en Valais en train. Mais au lieu de gagner du temps, le duo a perdu deux heures à cause des valises.

de
Maria Pineiro
Les passagers ont poireauté plusieurs heures en attendant leur valise, partie à Genève.

Les passagers ont poireauté plusieurs heures en attendant leur valise, partie à Genève.

Izusek

Ils croyaient avoir trouvé la bonne combine pour rentrer chez eux plus tôt, mais ils ont déchanté. Il y a une quinzaine de jours, Léa* et son compagnon, deux Valaisans, atterrissent à Zurich en provenance de Los Angeles. Leur avion a une heure d'avance. Pour rentrer, ils doivent encore voler vers Genève, puis sauter dans le train. «On a fait le calcul, si nous prenions le train à Zurich, nous pouvions gagner deux heures», raconte la jeune femme.

Les passagers s'adressent alors au bureau des transferts afin de récupérer leurs bagages. «Nous avons demandé s'il était possible de ne pas effectuer la dernière partie du voyage alors que nous étions enregistrés. On nous a indiqué que cela ne posait pas de problème», indique-t-elle. Les vacanciers se voient alors dirigés vers un tapis afin de pouvoir disposer de leurs effets.

Les valises sont parties à Genève

Mais trois heures et plusieurs échanges après, toujours rien. «À la fin, nous avons pris le train sans nos affaires, se désole-t-elle. Nous sommes arrivés à la maison à 22 h 30 au lieu de 20 h en suivant le plan initial.» Les valises leur ont été remises le lendemain. «En provenance de Genève», affirme Léa.

Swiss se dit «désolée des désagréments subis par les passagers» sans pouvoir toutefois «déterminer si l'agent du comptoir de transfert leur a fourni de mauvais renseignements ou si les passagers ont mal compris ses explications».

Voyage intégral

Swiss indique qu'il n'est pas prévu «qu'un passager interrompe son voyage en cours de route. Lors d'un voyage avec escale, les bagages sont généralement enregistrés jusqu'à la destination finale.» Genève Aéroport précise que «si un passager ne se présente pas, ses effets doivent impérativement être déchargés de l'avion». Or, après vérification, Swiss explique que, «dans le cas présent, les valises n'ont pas été déchargées». La compagnie souligne qu'ils avaient toutefois «passé le contrôle de sécurité».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!