Rumeurs sur les Sarkozy: Rachida Dati menace de porter plainte
Actualisé

Rumeurs sur les SarkozyRachida Dati menace de porter plainte

«Maintenant, ça suffit», a déclaré mercredi l'ancienne ministre française de la Justice à ceux qui l'accusent d'être à l'origine de rumeurs sur le couple présidentiel.

Rachida Dati est accusée par certaines personnes d'être à l'origine de rumeurs concernant le couple présidentiel Sarkozy.

Rachida Dati est accusée par certaines personnes d'être à l'origine de rumeurs concernant le couple présidentiel Sarkozy.

Face à «cette campagne de dénigrement et de calomnies que j'ai pu subir pendant ces quelques temps, je n'ai pas réagi. Aujourd'hui j'ai décidé de réagir: maintenant ça suffit, il faut que ça s'arrête», a déclaré Rachida Dati sur les ondes de RTL.

«Il y a une enquête: je rappelle que nous sommes dans un Etat de droit et que la justice est là pour protéger sa vie privée mais aussi son honneur», a-t-elle souligné. «Je suis venue en politique pour l'action et par l'action, pas par autre chose, et aujourd'hui il faut que cela cesse».

L'ancienne ministre a engagé l'avocat Georges Kiejman pour menacer de poursuites ceux qui la désignent comme la responsable de la diffusion des rumeurs sur le couple présidentiel. Elle avait déjà démenti avoir colporté des rumeurs dans un communiqué cité lundi par Le Monde.

Enquête préliminaire

La police judiciaire a été saisie par le parquet de Paris d'une enquête préliminaire visant à déterminer l'origine de ces rumeurs sur Nicolas Sarkozy et Carla Bruni publiées le 10 mars sur un blog rattaché au site internet du Journal du dimanche.

Des conseillers de Nicolas Sarkozy et son avocat ont évoqué publiquement dans les médias l'hypothèse d'une machination visant le président de la République.

«Je peux comprendre le président de la République: ce type de rumeurs, quand elles sont comme ça relayées ou affirmées comme des vérités, vous ne pouvez pas imaginer les dégâts que ça peut faire», a dit Rachida Dati.

Selon plusieurs organes de presse, dont Le Canard enchaîné, un rapport des services de renseignement a conclu à sa responsabilité dans l'affaire, et c'est ce qui aurait conduit au retrait le 14 mars d'une escorte de quatre policiers dont elle bénéficiait comme ex-ministre.

«Loyauté» et «confiance»

«Si ce qui était dans la presse, et notamment dans le Canard enchaîné, depuis trois ans était vrai, je ne serais même pas en face de vous», a rétorqué Rachida Dati au journaliste qui l'interrogeait. L'ancienne garde des Sceaux a affirmé qu'il y avait entre elle et le président de la République «de la loyauté et de la confiance».

«En tant qu'ancien ministre, on ne peut pas avoir ni de querelles ni de critiques à l'égard du président qu'on a servi», a-t-elle souligné. «On peut changer de fonction, de mission, d'engagement: la confiance elle ne change pas, elle persiste et elle durera».

(ats)

Ton opinion