Actualisé

Rachida Dati reconnaît la médiocrité des prisons françaises

Régulièrement pointées du doigt en France et dans l'Union européenne pour leurs conditions d'hygiène et de détention déplorables, les prisons françaises «ne sont pas à l'honneur de la France» et «ne sont pas dignes de notre pays», déclare la ministre de la Justice Rachida Dati dans l'émission «Zone interdite» devant être diffusée ce dimanche soir sur M6.

Rappelant qu'elle présentera une nouvelle loi pénitentiaire d'ici la fin de l'année, Mme Dati promet que le texte «contiendra de l'éducation». «Il faut beaucoup plus d'éducation dans nos prisons. Aujourd'hui, (elle) est obligatoire pour les mineurs de moins de 16 ans. Pour les autres, elle est aléatoire». Par ailleurs, le texte traitera «de la formation professionnelle, de la formation en alternance» et cherchera à «favoriser les conditions de réinsertion des détenus».

«La prison n'est pas un lieu de destruction sociale, mais un lieu où l'on exécute une sanction», juge Rachida Dati qui note qu'il «faut savoir qu'un détenu ne peut pas élire domicile au centre pénitentiaire. Souvent, ils n'ont pas de papiers, pas de carte d'identité, pas le minimum de droits sociaux. Il est important peut-être de pouvoir élire domicile au centre pénitentiaire pour refaire une carte d'identité, pour pouvoir prendre des rendez-vous pour des emplois ou des formations». «Tout cela sera dans la loi pénitentiaire», promet-elle. AP

mw/com (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!