Genève: Radio Cité perd de son âme locale
Actualisé

GenèveRadio Cité perd de son âme locale

Nouveau coup de sac au sein de la station associative. Des contenus de musique et d'info seront produits en France.

par
Mathieu Cupelin

«Radio Cité était une station associative à vocation humaniste et locale. Tous ces aspects me semblent aujourd'hui perdus», déplore une des victimes de la restructuration.

Lundi, la direction, qui est à la recherche d'économies, a réuni le personnel. Elle a confirmé le licenciement de deux animateurs, du programmateur musical, d'un technicien et d'un comptable. Une quin­zaine de personnes avaient déjà été congédiées depuis fin 2008.

Le directeur, Stéphane Santini, qui n'a pas répondu à nos appels jeudi, a également annoncé la refonte complète de la grille des programmes pour fin août. La station va confier à une société française la programmation musicale et la confection des flashes d'informations, qui devraient surtout contenir des nouvelles internationales.

Les huit journalistes actuels devraient rester en place et consacrer trois tranches horaires chaque jour à des thèmes politiques, sportifs, culturels. Mais aussi à des rubriques people et à des infos distrayantes.

«On nous a dit que la ligne éditoriale évoluerait en direction de celle du «Matin», racontent des employés. Les émissions thématiques, par exemple consacrées aux musiques locales, devraient passer à la trappe.

Inquiet de cette évolution, le syndicat Comedia s'est adressé à l'Office fédéral de la communication, chargé du respect des concessions. Celle de Radio Cité prévoit notamment un accent spécial sur l'actualité locale et une place pour les minorités linguistiques et culturelles.

Genève sans voix?

La sous-traitance de programmes par Radio Cité ne réjouit pas Guy Mettan, député PDC et homme de médias. «Cela risque d’amener une nouvelle perte de substance pour Ge­nève, déjà sur le déclin en matière éditoriale.» L’élu déplore depuis vingt ans la disparition de journaux locaux. «C’est maintenant le tour des radios.» Si Radio Cité perd son identité, il ne restera plus guère que One FM à pouvoir revendiquer le titre de radio genevoise sur la FM.

Ton opinion