Nucléaire: Radioactvité mystérieuse
Actualisé

NucléaireRadioactvité mystérieuse

Des traces d'iode 131, un élément radioactif, ont été repérées dans plusieurs pays européens par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la semaine dernière. La Suisse a également été touchée.

par
afp/léo
Les mesures du Centrale nationale d'alarme de la Confédération(CENAL) au 16 novembre 2011.

Les mesures du Centrale nationale d'alarme de la Confédération(CENAL) au 16 novembre 2011.

Le 11 novembre, l'AIEA faisait état de la présence de la particule dans plusieurs pays, notamment la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne, l'Autriche, ainsi que la France.

Toutefois, l'agence onusienne estime que les niveaux repérés à ce moment-là ne représentent aucun risque pour la santé.

L'iode 131 est un élément dont la durée de vie est très courte, sa radioactivité diminuant de moitié en huit jours.

Comme le révèle «L'Impartial» dans son édition du jour, un très faible niveau de radioactivité a aussi été observé en Suisse cette semaine-là, ce que confirme l'Office fédéral de la santé: «Oui, on en a repéré, corrobore Daniel Dauwalder, porte-parole de l'Office. Mais les toutes dernières mesures indiquent qu'il n'y a déjà plus rien.» Selon lui, les niveaux mesurés sont effectivement sans risque, confirmant les allégations de l'AIEA: «Les valeurs d'iode 131 observées la semaine passée étaient un million de fois inférieures à la valeur limite d'émission, indique-t-il. Il ne faut donc pas s'inquiéter, il n'y a aucun danger.»

L'origine de la présence de ce produit dans plusieurs pays d'Europe reste toutefois mystérieuse et l'AIEA travaille actuellement avec les autorités nationales pour tenter de la déterminer. Une chose paraît sûre cependant, la présence de l'iode 131 n'est pas en lien avec l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima, ce que confirme Daniel Dauwalder: «On ne sait pas d'où cela vient, mais c'est sûr que cela n'a rien à voir avec l'accident au Japon.»

Ton opinion