Libye: Raid américain: Tripoli veut des explications
Actualisé

LibyeRaid américain: Tripoli veut des explications

Le Gouvernement libyen a convoqué mardi l'ambassadrice des Etats-Unis pour demander des éclaircissements sur la capture d'un leader présume d'al-Qaïda, samedi à Tripoli.

Nazih Abdul Hamed al-Raghie, 49 ans, était membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl) avant de rallier le réseau d'Al-Qaïda. (photo: Keystone/AP)

Nazih Abdul Hamed al-Raghie, 49 ans, était membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl) avant de rallier le réseau d'Al-Qaïda. (photo: Keystone/AP)

«Le ministre de la Justice Salah al-Marghani a convoqué lundi matin l'ambassadrice des Etats-Unis pour lui demander des réponses à plusieurs questions relatives à l'affaire (capture d'Abou Anas al-Libi), selon le communiqué du Ministère des affaires étrangères transmis à l'AFP.

Les Etats-Unis ont mené samedi un raid à Tripoli, capturant Abou Anas al-Libi, un ressortissant libyen figurant sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI, qui offrait «jusqu'à 5 millions de dollars» pour toute information permettant son arrestation ou sa condamnation.

La Libye dénonce un «enlèvement»

La Libye avait alors indiqué qu'elle n'avait pas été informée par Washington, qualifiant cette opération d'«enlèvement» et demandant des «explications» aux Etats-Unis.

Une rencontre élargie a par ailleurs réuni lundi le ministre de la Justice et plusieurs responsables du Ministère des affaires étrangères avec la famille d'Abou Anas, qui a été informée des contacts avec les autorités américaines, selon le communiqué.

Transporté dans un navire de guerre

Après sa capture, Abou Anas al-Libi a été transporté à bord d'un navire de guerre de l'US Navy se trouvant dans la région, où il est actuellement interrogé.

De son vrai nom Nazih Abdul Hamed al-Raghie, Abou Anas al-Libi était recherché par les Etats-Unis pour son rôle dans les attentats meurtriers de 1998 contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya, qui avaient fait plus de 200 morts. (afp)

Ton opinion