Football: Ramos: «On dirait qu'on est au funérarium»
Actualisé

FootballRamos: «On dirait qu'on est au funérarium»

Le capitaine de la sélection espagnole (32 ans) a tenté de rassurer en conférence de presse après les nombreux remous de ces dernières heures.

par
duf
C'était le 7 juin dernier, à l'arrivée de la sélection espagnole en Russie. Le président de la Fédération Luis Rubiales (à g.) et Sergio Ramos (à dr.) étaient encore tout sourire...

C'était le 7 juin dernier, à l'arrivée de la sélection espagnole en Russie. Le président de la Fédération Luis Rubiales (à g.) et Sergio Ramos (à dr.) étaient encore tout sourire...

AFP

«On dirait qu'on est au funérarium», a ironisé le capitaine espagnol Sergio Ramos pour dédramatiser le retentissant limogeage du sélectionneur Julen Lopetegui.

Ramos a cherché à détendre l'atmosphère, jeudi en conférence de presse. «J'aimerais terminer par un sourire parce qu'on dirait qu'on est au funérarium, alors que demain, on commence une Coupe du monde !», a lancé le défenseur du Real Madrid au côté de Fernando Hierro, l'ex-directeur sportif nommé mercredi en remplacement de Julen Lopetegui, limogé séance tenante pour avoir annoncé sa signature au... Real Madrid après le Mondial.

«Il n'y a aucune cassure dans le vestiaire. Tout le monde a son opinion mais tout le monde partage la même idée collective qui est d'aller chercher le titre», a assuré le capitaine de la Roja. «Pour moi, je le reconnais, c'était un moment compliqué, a admis Ramos. Mais il n'y a pas de place pour les états d'âme. Nous devons nous servir de ce qui s'est passé pour grandir.»

Les Portugais restent méfiants

Les Portugais, eux, se méfient toujours autant d'une Espagne annoncée comme favorite au titre. «Peut-être que les Espagnols tireront du positif de tout ceci», a osé le milieu de terrain João Moutinho. «En tout cas, ils vont rester fidèles à leurs principes de jeu.»

Le sélectionneur Fernando Santos abonde dans ce sens. «Je ne sais pas à quoi va ressembler l'équipe qui sera alignée mais elle va faire un grand tournoi. Et nous, nous allons continuer de faire notre travail.»

Et de poursuivre: «Nous allons essayer d'exploiter les failles de l'adversaire, car il n'existe pas d'équipe parfaite. Nous avons nos chances.»

Ce choc du groupe B, la première grosse affiche du Mondial, suivra la première rencontre de la poule entre le Maroc et l'Iran.

Lopetegui parle du jour le plus triste de sa vie

L'ex-sélectionneur de l'Espagne Julen Lopetegui, limogé juste avant le Mondial, a déclaré en sanglots que son éviction avait été «le jour le plus triste de (sa) vie depuis la mort de (sa) mère». A lire ici.

Ton opinion