Actualisé 13.02.2009 à 15:21

Pologne

«Ranger ma chambre? C'est de la torture!»

Le mot «torture» peut être interprété de différentes manières. La police polonaise vient d'en faire l'amère expérience.

Les policiers de Varsovie (Pologne) se sont précipités en début de semaine au secours de Lukasz Zapolowski, un étudiant polonais de 22 ans. En appelant le numéro de police secours, ce dernier prétendait être victime de tortures à son domicile, d'après un communiqué envoyé par la police aux médias nationaux.

Mais arrivés sur place, les forces de l'ordre ont eu la mauvaise surprise de découvrir que le mot «torture» signifiait quelque chose de particulier pour le jeune homme. En ouvrant la porte aux agents, la mère du jeune homme furieuse, a expliqué qu'elle avait simplement exigé de son fils qu'il range sa chambre, qu'il prenne un bain par semaine et qu'il paye une partie du loyer!

Lukasz doit maintenant faire face à des ennuis bien plus importants que sa «torture», puisqu'il va être poursuivi pour avoir fait perdre son temps à la police.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!