Actualisé 27.07.2011 à 13:16

ConfidencesRaphaël avait un gros penchant pour l'alcool

Le chanteur évoque sans tabou ses démons, ses dépendances et sa musique.

von
mge

Dans la web-émission «Le Cabinet des Curiosités», diffusée sur Darkplanneur TV, Raphaël révèle qu'il a beaucoup consommé d'alcool dans le passé. «Ça m'a aidé à briser la glace avec les gens, à vaincre une timidité maladive. Même à une époque, j'ai bu sur scène. Ça m'aidait à prendre des repères».

Une addiction qui lui a été bénéfique sur le plan créatif. «Un lendemain de cuite désastreux où j'avais été un épouvantable garçon, j'ai écrit la chanson «Et dans 150 ans». Je me suis dit : Putain, ça valait quand même la peine toute cette pochtronnerie». Mais pour lui, les après-beuveries étaient, en général, comme des «mini-dépressions». Du coup, l'artiste de 35 ans a laissé tomber la bouteille, par peur «de perdre en sensibilité, en émotions.»

Interrogé sur la prise de drogues, Raphaël avoue en avoir essayé de nombreuses, «douces et dures. Ça a été un désastre. La drogue, ça ne marche pas chez moi, je réagis très mal. Cela développe des fantômes, des choses effrayantes.»

Lorsque l'animateur évoque sa musique, souvent qualifiée de déprimante, le musicien répond: «Les chanteurs écrivent sur leurs problèmes depuis toujours. Un mec qui se plaint toute la journée, c'est pénible, mais si ça donne de bonnes chansons, c'est agréable». Et d'ajouter: «Je ne cherche pas un public, j'écris pour deux ou trois personnes de mon entourage. S'il y a d'autres gens que ça intéresse, je suis content, s'il y a des gens que ça n'intéresse pas, je suis très triste.»

Suivez toute l'actualité des festivals et de la musique sur les réseaux sociaux de «20 minutes»:

Sur Facebook

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!