Actualisé

Succession BurkhalterRaphaël Comte désigné candidat du PLR au Conseil des Etats

Le Parti libéral-radical neuchâtelois (PLRN) a nommé samedi à Fleurier (NE) l'ancien député au Grand Conseil Raphaël Comte candidat à la succession de Didier Burkhalter au Conseil des Etats.

Il a ainsi écarté le favori du comité du parti, le procureur Pierre Cornu.

Agé de 30 ans, président de l'Association des communes neuchâteloises (ACN), Raphaël Comte a été élu au 2e tour de scrutin. Les délégués ont reconnu son rôle de médiateur dans le rapprochement des libéraux et des radicaux neuchâtelois. Il a été à ce titre un des principaux artisans de la fusions des deux partis en juin 2007.

Réunis en assemblée générale extraordinaire, les délégués du PLRN ont choisi Raphaël Comte par 81 voix, contre 63 suffrages attribués au Procureur de la République Pierre Cornu. La majorité absolue était fixée à 80 voix.

Contre l'avis du comité

Lors de la sélection des candidats à la candidature, mercredi, le comité du PLRN avait pourtant marqué sa préférence pour Pierre Cornu. Il avait écarté les noms de Rolf Graber, ancien conseiller national, ainsi que de Thierry Béguin, ancien conseiller d'Etat et ancien conseiller aux Etats.

L'assemblée du parti s'est déroulée en présence du conseiller fédéral Didier Burkhalter, qui entre en fonction officiellement dimanche 1er novembre à la tête du Département fédéral de l'intérieur (DFI). Elu le 16 septembre au gouvernement, Didier Burkhalter n'a pas pris la parole lors de l'assemblée.

La date de l'élection complémentaire pour repourvoir son siège au Conseil des Etats n'est pas encore fixée. Le scrutin se tiendra probablement en février 2010. Cette perspective relativement lointaine n'empêche pas la campagne électorale de battre son plein.

Alors que l'échéance de dépôt des listes électorales n'est même pas fixée, l'UDC a elle aussi déjà désigné un candidat à la succession. Il s'agit du conseiller communal chaux-de-fonnier Pierre Hainard.

Les Verts n'ont en revanche pas encore donné suite à leur intention proclamée de se lancer dans la course. Déjà représenté à la Chambre haute par Didier Berberat, le PS pourrait de son côté s'abstenir de revendiquer la succession.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!