Rassemblement altermondialiste avant le sommet du G8
Actualisé

Rassemblement altermondialiste avant le sommet du G8

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé samedi sous haute surveillance policière dans la ville japonaise de Sapporo pour protester contre le sommet du G8, qui s'ouvre lundi.

Ils ont appelé les dirigeants à agir contre la crise alimentaire mondiale.

La manifestation d'une heure et demie a rassemblé entre 2000 et 3000 personnes, selon la police, 5 000 selon les organisateurs: syndicalistes, altermondialistes japonais et étrangers ainsi que des membres d'organisations non gouvernementales. Elle était encadrée par un imposant dispositif de sécurité, à l'avant veille du sommet, qui se déroulera dans la station thermale de Toyako, à 70 km de Sapporo, dans le nord du pays.

Avec force percussions, les manifestants ont défilé sous des banderoles colorées portant des slogans tels que «Fermez le G8!». Certains portaient des costumes traditionnels japonais ou aïnous, minorité ethnique du Nord.

Dans le calme

Des militants de l'ONG britannique Oxfam International ont mis en garde contre les effets de la hausse des prix alimentaires et du réchauffement climatique sur la pauvreté dans le monde. Ils ont défilé avec des masques des dirigeants du G8 et ont chanté le tube du groupe scandinave Abba «Money, Money, Money».

Le défilé s'est déroulé sans incident majeur. Des heurts ont toutefois éclaté au milieu du cortège, à proximité d'un camion-sono dont les vitres ont été brisées.

Les organisateurs de la manifestation de Sapporo ont demandé aux participants d'éviter la violence et les affrontements avec la police.

21 000 policiers

Quatre Japonais ont été arrêtés, a fait savoir la police d'Hokkaido, île de l'archipel dont Sapporo est la capitale. Deux ont été interpellés pour trouble de l'ordre public et les deux autres, pour entrave aux activités de la police. Un caméraman de Reuters a également été arrêté, mais on ignore s'il compte parmi les quatre.

Une trentaine de syndicalistes sud-coréens venus participer à des manifestations contre le G8 se sont vu interdire l'entrée du territoire japonais, a fait savoir vendredi l'organisation altermondialiste G8 Action Network.

Des milliers de policiers anti-émeutes, portant des casques et des boucliers, étaient déployés à Sapporo pour éviter les débordements. Ils étaient 21 000 sur l'île d'Hokkaido et la presse fait état d'un effectif équivalent mobilisé à Tokyo.

Réchauffement climatique

Trente milliards de yens (283 millions de dollars) ont été investis dans le dispositif de sécurité exceptionnel mis en place pour l'occasion. Celui de l'Allemagne, l'an dernier, avait coûté 186 millions de dollars.

Le sommet annuel des pays les plus industrialisés (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Japon, Allemagne, Russie, Italie et Canada) est devenu un rendez-vous incontournable de la cause altermondialiste et des mouvements pour la protection de l'environnement, notamment.

La France, qui vient de prendre la présidence tourante de l'Union européenne (UE), a dit samedi espérer voir les Européens jouer au sommet un «rôle pivot», notamment dans le dossier du réchauffement climatique. Un conseiller du président Nicolas Sarkozy a fait valoir que le président américain George W. Bush était en fin de mandat et que son homologue russe, Dimitri Medvedev, venait au contraire tout juste de commencer le sien.

Dans une interview à paraître dimanche dans le quotidien «Tagesspiegel am Sonntag», la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé de son côté qu'une série de mesures seraient prises au sommet du G8 pour lutter contre la crise alimentaire susceptible, selon elle, d'avoir des répercussions sur la sécurité internationale. (ats)

Ton opinion