Rassemblement devant l'ambassade de Colombie à Paris
Actualisé

Rassemblement devant l'ambassade de Colombie à Paris

A l'appel du Comité de soutien à Ingrid Betancourt, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées samedi devant la résidence de l'ambassade de Colombie à Paris pour protester contre la décision d'Alvaro Uribe de mettre fin à la médiation d'Hugo Chavez pour obtenir la libération des otages.

Le président colombien a décidé cette semaine de mettre fin aux efforts de son homologue vénézuélien pour obtenir un échange humanitaire de prisonniers entre les autorités et les rebelles des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Bogota accuse Hugo Chavez d'avoir contacté directement mercredi la hiérarchie militaire colombienne, ce que son mandat lui interdisait.

Plusieurs dizaines de personnes, dont l'ex-mari d'Ingrid Betancourt Fabrice Delloye et son fils Lorenzo, se sont rassemblées devant l'ambassade, située dans le VIIe arrondissement. «Mobilisons-nous pour la libération d'Ingrid, Clara et de tous les otages en Colombie», pouvait-on lire sur une banderole, en référence à l'ancienne candidate à l'élection présidentielle en Colombie et son assistante Clara Rojas. Les deux femmes ont été enlevées le 23 février 2002.

Dans un communiqué, la Fédération internationale des Comités Ingrid Betancourt (FICIB), à laquelle n'appartient pas le comité français, a déploré «l'aggravation apparente des relations entre le président Chavez et le gouvernement Colombien, qui intervient après plusieurs semaines d'espoir où des avancées significatives avaient été obtenues».

L'organisation appelle les FARC à tenir leur promesse de «fournir, avant la fin de l'année, une preuve de vie de tous les otages politiques qu'ils détiennent, et de démontrer par un geste unilatéral leur volonté de procéder réellement à la libération de ces otages». (ap)

Ton opinion