Séisme en Haïti: Rassemblements et prières, un an après
Actualisé

Séisme en HaïtiRassemblements et prières, un an après

Les Haïtiens commençaient à se rassembler mercredi, un an jour pour jour après la catastrophe dont le pays, en pleine tourmente politique et frappé par le choléra, ne s'est pas relevé.

Les Haïtiens se sont recueillis mercredi en souvenir des victimes du séisme qui a dévasté Port-au- Prince, un an jour pour jour après la catastrophe, dont le pays ne s'est toujours pas remis. Il est en pleine tourmente politique et frappé par le choléra.

A 16h53 précises (22h53 en Suisse), heure à laquelle la secousse de magnitude 7 a dévasté la capitale haïtienne le 12 janvier 2010, des centaines de personnes se sont recueillies, main sur le coeur, devant le palais présidentiel en ruines.

Après la minute de recueillement, des policiers ont remonté devant le palais le drapeau qui était en berne depuis un an en mémoire des plus de 220 000 victimes.

Mais un homme d'une trentaine d'années est resté à genoux devant le palais national, qui reste entouré d'un immense camp de sinistrés. «Donnez-moi la force de continuer avec mes trois enfants», implorait-il.

Préval, ministres et Clinton

«Je ne voulais pas rester chez moi. Je voulais sortir, être ailleurs», témoignait Béatrice Paul, une jeune femme de 30 ans qui est restée bloquée 24 heures sous les décombres et a perdu un bébé et un bras dans le séisme.

Plus tôt, plusieurs milliers de personnes, portant leurs plus beaux habits et la Bible à la main, s'étaient rassemblées pour une messe en plein air devant la cathédrale de Port-au-Prince, qui n'est plus qu'un tas de décombres.

«C'est un jour pour la réflexion, une journée pour la prière», a déclaré Roger Jean, 64 ans, disant s'adresser «au Seigneur avec une prière spéciale pour Haïti, pour qu'Haïti change, pour qu'Haïti vive encore». Roger Jean a perdu sa femme et trois enfants dans le séisme, «mais la vie continue», dit-il.

Le président René Préval a posé la première pierre d'un mémorial qui sera érigé en face du palais présidentiel «pour ne jamais oublier les victimes», a-t-il déclaré. Vêtu d'un costume sombre, il a assisté à une cérémonie du souvenir en compagnie de membres du gouvernement et de l'ancien président américain Bill Clinton, très impliqué dans la reconstruction du pays.

Suggestion

Des célébrités comme la star américano-haïtienne du hip-hop Wyclef Jean étaient également présentes.

«Ce malheur doit nous réunir pour reconstruire Haïti», a dit M.'Préval, visiblement ému et appelant les Haïtiens à rester solidaires.

Un an après la tragédie, Haïti n'a pas pansé ses plaies. L'économie et les infrastructures sont paralysées, une épidémie de choléra apparue en octobre et qui a fait 3759 tués continue de sévir et plus de 800 000 personnes survivent toujours dans des campements de fortune.

Rapport attendu

Les donateurs internationaux ont promis près de 10 milliards de dollars, dont seule une fraction a été dépensée, en attendant que la situation politique née du premier tour de la présidentielle du 28 novembre se stabilise.

Le Premier ministre Jean-Max Bellerive a indiqué que son gouvernement recevrait jeudi le rapport de l'Organisation des Etats américains (OEA) censé résoudre la crise.

Selon une copie du rapport consultée par l'AFP, l'OEA recommande l'exclusion du deuxième tour du candidat du pouvoir, Jude Célestin, arrivé en deuxième position d'après les résultats contestés annoncés début décembre par le Conseil électoral haïtien.

Bilan en hausse évoqué

La date du second tour, qui verrait alors s'affronter l'ex- Première dame Mirlande Manigat et le chanteur populaire Michel Martelly, n'est en tout cas toujours pas fixée.

M. Bellerive a assuré mercredi que le séisme avait fait 316 000 tués, 350 000 blessés et plus de 1,5 million de sans-abri, des chiffres bien plus élevés que ceux de l'ONU, qui font état de plus de 220 000 tués et 1,2 million de sans-abri.

Il a également estimé que le nombre de personnes vivant toujours dans des camps était plus près de 400 000 que de 800 000 comme l'a récemment affirmé l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). (afp)

L'ONU appelle à redoubler les efforts

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi la communauté internationale à «redoubler d'efforts» pour aider Haïti, un an après le séisme dévastateur du 12 janvier 2010.

«La réaction de l'ONU et de la communauté internationale a été l'une des plus importantes du genre jamais organisée et permet encore aujourd'hui d'aider les survivants de cette tragédie», souligne-t-il.

Mais «ces efforts doivent être renouvelés et redoublés», insiste M. Ban, qui «appelle la communauté internationale à continuer à soutenir le peuple haïtien».

«Le gouvernement (haïtien) a perdu des milliers de fonctionnaires et beaucoup de ses institutions fondamentales ont été détruites», ajoute le communiqué, qui rappelle que «102 collègues des Nations unies ont péri et (que) beaucoup d'autres ont subi des pertes cruelles».

M. Ban «réitère l'engagement plein et entier des Nations unies à aider le gouvernement et le peuple haïtiens à relever le défi de la reconstruction et à bâtir un avenir de sécurité et de prospérité».

Douze mois après la catastrophe, le pays le plus pauvre des Amériques ne s'est toujours pas relevé et quelque 800.000 réfugiés continuent à vivre dans des camps, dans des conditions très difficiles.

Ton opinion