Actualisé 02.01.2019 à 18:32

AfriqueRDC: Internet coupé à l'heure des résultats

Alors que remontent les résultats de la présidentielle en RDC, l'accès à Internet a été coupé par les autorités.

Le dépouillement est toujours en cours en RDC.

Le dépouillement est toujours en cours en RDC.

AFP

La coalition au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC) a demandé mercredi au gouvernement de procéder rapidement au rétablissement de l'Internet. Celui-ci avait été coupé sur demande des autorités lundi au lendemain d'élections à hauts risques pour désigner le successeur du président Joseph Kabila.

«Cette coupure handicape, entre autres, le bon fonctionnement de notre système de récolte et de compilation des résultats», a déclaré à la presse Barnabé Kikaya Bin Karubi, l'un des porte-parole de la coalition au pouvoir. Le Front commun pour le Congo (FCC) soutient à l'élection présidentielle le «dauphin» du président Kabila, l'ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary.

Internet coupé

L'accès à Internet et aux réseaux sociaux a été coupé pour une durée indéterminée au lendemain des élections. La raison: éviter «un soulèvement populaire» dans le pays à l'heure de la compilation des résultats électoraux, avait indiqué Barnabé Kikaya lui-même.

Quant aux élections proprement dites, le FCC a estimé «clairement que Kinshasa a connu un faible taux de participation, contrairement à l'intérieur du pays où les électeurs se sont déplacés en masse au scrutin et ont répondu favorablement à l'appel du candidat Emmanuel Ramazani Shadary», a indiqué Barnabé Kikaya.

Le FCC «invite la population au calme et à attendre dans la sérénité les résultats provisoires que publiera la Céni dans les jours qui viennent». La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a promis de publier les résultats provisoires «au plus tard le 6 janvier», mais «en raison du comptage manuel des bulletins, cette échéance pourra être retardée», a déclaré l'un de ses responsables, indiquant que «la réflexion est engagée à l'interne».

RFI coupée

Outre l'Internet, la réception de Radio France internationale (RFI) a été coupée dans toute la RDC, a indiqué le porte-parole du pouvoir Lambert Mende. Les autorités congolaises ont retiré son accréditation à la correspondante de la radio publique française à Kinshasa.

RFI a «regretté» dans un communiqué la décision visant sa seule correspondante venue de Paris en RDC et demandé son annulation aux autorités congolaises, qui vont examiner ce recours, a assuré Lambert Mende. Ce dernier avait auparavant reproché à la correspondante de RFI d'avoir violé «la loi sur la Céni et (le) non-respect du code de bonne conduite des journalistes étrangers pendant les élections».

«Climat apaisé»

L'Union africaine (UA) a elle souhaité que les résultats officiels des scrutins de dimanche en RDC soient conformes au vote des Congolais, a indiqué mercredi à Kinshasa l'organisation qui a mobilisé 80 observateurs pour suivre et évaluer le processus électoral. Les élections se sont déroulées dans un «climat apaisé et serein, malgré les ingérences et tous les défis organisationnels, politiques et sécuritaires», estime l'UA.

La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a également observé que les élections «ont été relativement bien gérées et le processus électoral s'est relativement bien déroulé, permettant à la majorité du peuple congolais d'exercer son droit de vote». La SADC a envoyé 73 observateurs dans 16 des 26 provinces.

Lundi, la mission d'observation électorale de la puissante Église catholique, qui affirme avoir déployé près de 40'000 observateurs, a fait part d'anomalies dans le déroulement du dépouillement. La RDC n'a jamais connu de passation pacifique de pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!