«MeToo» à la RTS: Darius Rochebin «choqué par le récit malveillant publié par Le Temps»
Publié

«MeToo» à la RTSDarius Rochebin «choqué par le récit malveillant publié par Le Temps»

Après la publication d’une enquête du Temps sur les cadavres dans les placards de la RTS et les témoignages visant l’ex-présentateur star de la chaîne publique, les réactions sont vives. Le journaliste, qui officie désormais sur LCI, a demandé à la chaine de le mettre à l’écart quelques jours.

par
max/cga
Darius Rochebin est au coeur de l’enquête révélée par le journal Le Temps

Darius Rochebin est au coeur de l’enquête révélée par le journal Le Temps

AFP

L’enquête du Temps a fait l’effet d’une bombe ce samedi 31 octobre. Darius Rochebin, le chouchou du public qui a quitté la chaîne suisse pour celle de LCI en France, serait lié à de nombreuses accusations de harcèlements et d’agressions sexuelles.

La RTS s’est rapidement fendue d’un communiqué. «Si les témoignages concernant les comportements de Darius Rochebin sont confirmés, la RTS fait part de sa consternation et condamne avec force tout manquement ou écart de conduite», peut-on notamment lire.

Sur les réseaux sociaux, les réactions pleuvent. L’humoriste vaudois Thomas Wiesel, qui témoigne dans l’article du Temps, a notamment expliqué son manque d’entrain à l’égard de la démission cet été du journaliste suisse.

L’ex-collègue du journaliste, Massimo Lorenzi, responsable des sports à la RTS, ne s’est pas montré très tendre non plus. Il s’est dit «stupéfait, écœuré, profondément déçu et attristé par la lecture du Temps de ce jour. Qui aurait imaginé de tels agissements? On croit connaître les gens parce qu’on travaille avec eux. Mais parfois on se trompe dans les grandes largeurs. Et eux vous trompent. La honte.»

Interpellé sous cette publication par un confrère, qui cite un passage de l’article, parlant de secret de polichinelle, le chef des sports répond ne pas avoir été au courant. «Je ne m’intéresse par principe pas à la vie privée des gens et à leurs secrets. Désolé.»

Pour la conseillère nationale verte Léonore Porchet, il s’agit d’un cas particulier «parmi d’autres». «On cristallise l’attention autour de grands noms, comme Yannick Buttet, Harvey Weinstein, ou Darius Rochebin… On est dans une société sexiste qui tolère le harcèlement sexuel!»

La Vaudoise poursuit: «Ce que j’espère, outre une sanction si les faits sont avérés, c’est que toutes ces grandes institutions qui pensaient s’en sortir en mettant ces histoires sous le tapis cessent ces pratiques. C’est vrai pour la RTS, mais aussi le CHUV, l’Unil, le Parlement… Il ne faut plus que ces grandes institutions, où les cadres se protègent entre eux, pensent pouvoir s’en sortir.»

En revanche, silence radio sur les réseaux sociaux de Darius Rochebin. Mais le public a commencé à s’en détourner: sur Instagram notamment, quelques heures seulement après la publication de l’enquête, son compte avait déjà perdu plusieurs centaines d’abonnés.

«Je me battrai contre les amalgames, les ragots»

Darius Rochebin dans un courrier à l’AFP

C’est par la voix de son avocat que le journaliste s’est exprimé. Il conteste les faits qui lui sont reprochés, et annonce prendre ses distances, après avoir demandé à LCI de le libérer quelques jours. «Je suis choqué par le récit malveillant publié par le journal Le Temps…, répond Darius Rochebin dans un courrier envoyé à l’AFP, cité par Le Monde. Jamais je n’ai fait l’objet d’une plainte. Jamais je n’ai eu de relation non consentie ou illicite. Je me battrai donc contre tous les amalgames, les ragots ou les insinuations dont je suis victime et j’examine avec mon avocat la suite judiciaire que je donnerai (…) L'expérience de l'actualité m'a appris que tout pathos est inutile mais je tiens à dire combien je suis blessé par des attaques injustes. J'en suis d'autant plus déterminé.»

En France aussi

La presse française, qui avait commenté l’arrivée de Darius Rochebin sur LCI avec beaucoup d’enthousiasme, se fait largement écho de l’enquête du Temps. Selon Le Parisien, «C’est un article qui va faire de gros remous à LCI propriété du groupe TF1». Le groupe français a expliqué au Figaro n’avoir eu connaissance d’«aucun incident de cette nature». Et rappelle être «très attaché à la présomption d’innocence (…) et prendra les mesures qui s’imposent selon son évolution».

A noter toutefois que l’émission «Les Grands entretiens de Darius Rochebin» programmée samedi entre 14h00 et 15h00 n’a pas été diffusée, a constaté le Temps. Elle a été remplacée par un autre programme. Du lundi au jeudi, le journaliste genevois anime «Le 20h de Darius Rochebin».

Ton opinion