Football: Real et Juve en quarantaine, pas de réaction à l'UEFA
Actualisé

FootballReal et Juve en quarantaine, pas de réaction à l'UEFA

Le nombre d'équipes en quarantaine grandit sans que l'instance ne prenne une décision.

par
Sport-Center
Zinedine Zidane devra attendre au mieux deux semaines avant de retrouver le terrain.

Zinedine Zidane devra attendre au mieux deux semaines avant de retrouver le terrain.

Keystone

Après Arsenal et la Juventus, c'est au tour du Real Madrid de se retrouver officiellement en quarantaine pour les deux prochaines semaines. La raison? «Le Real Madrid C.F. rapporte qu'un joueur de notre première équipe de basketball a été testé positif après avoir contracté le coronavirus COVID-19, écrit le club dans un communiqué. À partir de ce moment, il a été recommandé de rester en quarantaine pour la première équipe de basketball et la première équipe de football, étant donné que les deux équipes partagent des installations à Ciudad Real Madrid.»

Les matches des Merengue prévus vendredi contre Eibar et, surtout, mardi à Manchester City n'auront donc pas lieu. Tout comme le Juventus - Lyon qui devait se jouer le même jour. En résumé, ce sont donc deux des quatre derniers huitièmes de finale de la Ligue des champions qui tombent à l'eau, non pas pour des mesures de sécurité sanitaire mais parce que les acteurs eux-mêmes sont indisponibles.

Absence d'uniformisation

Face à cette hécatombe, l'Europe du football a attendu désespérément une prise de position de l'UEFA; laquelle entretient par son silence une paradoxale cacophonie. Comment expliquer en effet que cette semaine, les Coupes d'Europe se soient jouées à huis clos (Paris, Valence), devant du public (Liverpool, Leipzig, Francfort ce soir?) ou pas du tout (Séville - Rome, Inter - Getafe) sans aucune explication globale en provenance de Nyon.

Si l'UEFA voulait envoyer le message d'une institution dépassée, elle ne s'y prendrait pas autrement. C'est d'ailleurs en substance ce qu'a déclaré Angel Torres, le président de Getafe. «On ira pas à Milan, c'est une question de bon sens et de santé publique. L'UEFA peut dire ce qu'elle veut, je m'en fiche. J'ai passé ma vie entière sans disputer des Coupes d'Europe. J'ai 70 ans et je ne veux surtout pas jouer avec la santé des gens. L'idée de mettre en danger autrui pour un match de football me dérange.»

Dérange-t-elle autant dans les bureaux de l'UEFA?

M.A.

Ton opinion