Berne: Réchauffement climatique: le rail se prépare au pire
Actualisé

BerneRéchauffement climatique: le rail se prépare au pire

Glissements de terrain, inondations: les conséquences de la hausse des températures et les coûts financiers qu'elles génèrent travaillent les CFF.

par
Jean-Bernard Mani

Un tiers du réseau de voies ferrées de l'ex-régie fédérale est exposé à des risques naturels. Sur les 1000 km concernés, 600 sont susceptibles d'être inondés en cas de hausse du niveau des cours d'eau ou des lacs. Pour le reste, le danger vient principalement des éboulements ou des coulées de boue, constate la «NZZ am Sonntag». Une situation qui pourrait empirer avec le réchauffement climatique. Prudents, les CFF anticipent en lançant une étude prévisionnelle sur le sujet. «Nous sommes en phase préliminaire», confirme Stephan Wehler, un des porte-parole de l'ex-régie. Le rapport devrait tomber fin 2014 et être publié début 2015.

Géologue en chef des CFF, Marc Hauser ne s'attend pas à de grosses surprises. «Les plus grands changements climatiques sont prévus dans les Alpes», explique le spécialiste. Mais cela touchera peu l'entreprise, car une grande partie du trafic sera absorbé par le tunnel de base du Gothard.

Aujourd'hui, la société investit près de 17 millions de francs pour la prévention des risques naturels. Et les frais courants d'entretien représentent 8 autres millions.

Les compagnies privées, dont le réseau est souvent situé en montagne, doivent aussi construire des ouvrages préventifs. Mais le réchauffement climatique n'a pas que des effets négatifs pour le rail: étant donné qu'il neige moins, le risque d'avalanches ainsi que les frais de déblaiement du réseau diminuent drastiquement.

Cinq cents gares doivent être rénovées

Un tiers des gares ne sont pas aux normes pour les handicapés ou alors ont des quais trop étroits et donc trop dangereux en cas de forte affluence. Pour mettre ces stations à niveau, il faudra investir entre 6,7 et 10,7 milliards de francs d’ici à 2040, avance un document des CFF. Ce montant est plus élevé que les chiffres indiqués lors de la votation du 9 février dernier en faveur du fonds d’infrastructure ferroviaire. Selon la «NZZ am Sonntag», celui-ci sera mis à contribution. Les cantons et les communes seront aussi appelés à ouvrir leur porte-monnaie.

Hausse du prix des abonnements en vue

Les usagers des chemins de fer doivent s’attendre à une hausse du prix des abonnements demi-tarif et général en décembre prochain, affirme la «Schweiz am Sonntag». Le montant qu’il faudra débourser est fixé par l’Union des transports publics. Il devrait être connu à fin avril. Le quotidien alémanique s’attend à un demi-tarif à 185 ou même 195 fr. (175 fr. actuellement pour un an). Le prix de l’abonnement général pourrait aussi être adapté, mais on ne sait pas dans quelle mesure.

Ton opinion