Actualisé 08.08.2017 à 18:23

Agriculture

Recherche: nouvelle vache pour les pâturages suisses

Une race plus petite, plus costaude et moins onéreuse aiderait à résoudre les problèmes de l'économie laitière.

de
aia
En raison de leur grande taille, nos bovins prennent de la place dans les étables et mangent beaucoup.

En raison de leur grande taille, nos bovins prennent de la place dans les étables et mangent beaucoup.

Keystone/Martin Ruetschi

Les paysans suisses s'en plaignent depuis des années: la production de lait ne rapporte plus rien, lorsqu'elle ne fait pas perdre de l'argent. La faute aux vaches que nous élevons, estime Martin Huber, directeur du Centre de formation et de conseil d'Arenenberg à Salenstein (TG).

Elles ne sont plus adaptées aux conditions du marché, a expliqué l'ingénieur agronome à la «NZZ». Elles produisent peut-être des centaines de milliers de litres de lait pendant leur vie, mais elles coûtent aussi très cher. Grandes, elles occupent beaucoup de place dans les étables et mangent énormément. Fragiles, elles engendrent de grosses dépenses vétérinaires. Et après avoir donné naissance à quatre veaux, elles arrivent souvent malades et stériles à l'abattoir.

Ce constat confirme le rapport d'avril par le Conseil fédéral. Il montrait que les frais de production ont considérablement augmenté, alors que le prix du lait est resté stable. Il est donc temps d'envisager de changer de race, estime Martin Huber. Il préconise d'opter pour un animal plus petit, plus costaud, plus rond, qui donnerait moins de lait et plus de viande. En raison de sa taille, il mangerait moins et se nourrirait surtout aux pâturages, ce qui réduirait la facture des aliments tout en satisfaisant aux exigences du bien-être animal.

Pour avancer, le spécialiste a créé un groupe d'intérêt avec des agriculteurs. Via internet, ils conseillent à leurs homologues les races les mieux adaptées à leurs objectifs.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!