Actualisé

Union européenneReconnaissance de l'Etat palestinien «soutenue»

Le Parlement européen a affirmé mercredi son «soutien» à la reconnaissance d'un Etat palestinien, dans une résolution de compromis promue par les principaux partis.

Le texte «rappelle que les éléments de la solution sont connus», a affirmé mercredi Michèle Alliot-Marie, eurodéputée UMP française membre de la commission des Affaires étrangères.

Le texte «rappelle que les éléments de la solution sont connus», a affirmé mercredi Michèle Alliot-Marie, eurodéputée UMP française membre de la commission des Affaires étrangères.

«Le Parlement européen soutient le principe d'une reconnaissance de l'Etat palestinien et la solution fondée sur deux Etats et affirme que cela devrait aller de pair avec la relance des pourparlers de paix», affirme la résolution.

Le texte, adopté par 498 voix pour, 88 contre et 11 abstentions, «rappelle que les éléments de la solution sont connus: la création d'un État de Palestine, la coexistence pacifique de deux États basés sur les frontières de 1967, Jérusalem comme capitale des deux États, et la garantie de la stabilité et de la sécurité d'Israël», a commenté Michèle Alliot-Marie, eurodéputée UMP française membre de la Commission des affaires étrangères.

Lancée à l'initiative des sociaux-démocrates, la résolution d'origine, qui demandait aux Etats membres de reconnaître l'Etat palestinien sans y mettre de condition préalable, a évolué vers une formule plus neutre qui a obtenu le soutien du Parti populaire européen (PPE), premier groupe et principale formation de droite à Strasbourg.

Initiatives similaires

Le Parlement européen rejoint ainsi les initiatives similaires prises en Grande-Bretagne, en France, en Irlande ou en Espagne. Dans ce dernier pays, les parlementaires ont toutefois conditionné la reconnaissance de la Palestine à l'émergence d'une solution négociée avec Israël. (ats)

Situation au Luxembourg

Le Parlement luxembourgeois a voté mercredi une motion demandant au gouvernement de Xavier Bettel de reconnaître «formellement» l'État palestinien, suivant l'exemple dans l'UE des parlements français, britannique, espagnol, irlandais et portugais.

La motion invite le gouvernement à «reconnaître formellement l'État de Palestine dans les frontières de 1967 uniquement modifiées moyennant accord des deux parties, au moment qui sera jugé le plus opportun». Elle a été adoptée par les trois partis de la majorité, libéral, socialiste et les verts, et les voix des deux députés d'extrême gauche.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!