Syrie: Reconnaissance et armes réclamées par l'opposition
Actualisé

SyrieReconnaissance et armes réclamées par l'opposition

Le chef de la nouvelle coalition censée réunir toutes les composantes de l'opposition syrienne a demandé mardi une reconnaissance officielle et un soutien financier de la part des pays européens.

L'appel lancé mardi a été entendu par la France et les Etats-Unis, qui ont reconnu officiellement la nouvelle coalition. «J'annonce ici que la France reconnaît la coalition nationale syrienne comme la seule représentante du peuple syrien et donc comme le futur gouvernement de la Syrie démocratique permettant d'en terminer avec le régime de Bachar al Assad», a dit le président français lors d'une conférence de presse à Paris.

François Hollande a réaffirmé que la France excluait toute intervention militaire qui ne serait pas décidée par le conseil de sécurité des Nations unies. «Aujourd'hui, il n'est pas dans cette disposition d'esprit dès lors que la Russie s'y oppose. Donc nous agirons différemment au nom de principes de protection de la population civile», a-t-il expliqué.

Les Etats-Unis ont pour leur part estimé mardi que la nouvelle coalition de l'opposition syrienne mise sur pied dimanche était «une représentante légitime du peuple syrien», mais se sont gardés de la reconnaître comme un futur gouvernement provisoire comme l'avait fait auparavant la France.

«Nous pensons qu'elle est une représentante légitime du peuple syrien, un reflet du peuple syrien (...) Nous voulons également que cette coalition de l'opposition fasse la démonstration de sa capacité à représenter les Syriens à l'intérieur de la Syrie», a déclaré le porte-parole adjoint du département d'Etat, Mark Toner.

La Grande-Bretagne a jugé une telle reconnaissance prématurée, même si elle salue la création dimanche, sous l'égide du Qatar, de la Coalition nationale syrienne.

Légitimité gouvernementale

Alors que les pays occidentaux et arabes hostiles au régime de Bachar al Assad incitent de longue date les opposants syriens à s'unir, Moaz AlKhatib juge que la création de la Coalition nationale syrienne doit les amener à reconnaître cette instance comme gouvernement légitime de la Syrie.

«Je demande aux Etats européens de reconnaître politiquement la coalition en tant que représentante légitime du peuple syrien et de lui apporter un soutien financier», a-t-il déclaré.

«Lorsque nous aurons cette reconnaissance politique, cela permettra à la coalition d'agir en tant que gouvernement et par conséquent d'acquérir des armes, et cela réglera nos problèmes», a ajouté cet imam modéré.

Violences continues

Des avions de chasse et l'artillerie ont aussi bombardé la ville d'Albou Kamal, à la frontière avec l'Irak, selon le maire de la ville irakienne de Kaïm. La tension reste vive également sur le plateau du Golan, où l'armée israélienne a riposté dimanche et lundi à la chute d'obus de mortier syriens sur ce territoire occupé par l'Etat hébreu.

Ces violences sont à l'origine d'une vaste crise humanitaire. Plus de 408'000 Syriens sont réfugiés dans les pays voisins et jusqu'à quatre millions de personnes, sur une population estimée à un peu plus de 20 millions, devraient avoir besoin d'une aide d'urgence d'ici début 2013, selon l'Onu.

Aide de la Chaîne du Bonheur

Le Croissant-Rouge syrien estime à 2,5 millions le nombre de personnes déplacées en Syrie en raison des combats, rapporte le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

En Suisse, la Chaîne du Bonheur a récolté plus d'1,7 million francs pour les victimes et les réfugiés du conflit syrien. Quelque 400 bénévoles sur cinq centres d'appels téléphoniques doivent enregistrer les dons jusqu'à minuit.

(ats)

Ton opinion