Actualisé 16.10.2012 à 11:01

Serbie

Reconnaître le Kosovo? Plutôt renoncer à l'UE

La Serbie pourrait renoncer à rejoindre l'Union européenne (UE) si Bruxelles venait à lui demander officiellement de reconnaître le Kosovo, estime le président serbe.

Le statut du Kosovo constitue une pierre d'achoppement dans les relations entre Belgrade et Bruxelles. «Actuellement, l'UE nous tient à distance uniquement à cause du Kosovo. Elle peut nous tenir à l'écart cent ans encore, mais nous ne changerons pas notre position sur notre province méridionale», a déclaré Tomislav Nikolic dans une interview publiée mardi par le quotidien «Vecernje Novosti».

Le président serbe a estimé que dresser de nouvelles conditions «qui n'étaient pas en vigueur pour d'autres pays» candidats à l'UE aurait pour effet d'éloigner la Serbie de l'Europe. «Dans ce cas, il serait préférable qu'ils nous disent: 'nous ne voulons pas de vous'», a-t-il dit.

En visite à Belgrade jeudi, le commissaire européen à l'Elargissement Stefan Füle avait déclaré que les négociations d'adhésion avec la Serbie seraient ouvertes «dès que des progrès tangibles auront été atteints, à savoir une amélioration viable et visible des relations avec le Kosovo».

Le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008, une indépendance fermement rejetée par Belgrade, mais reconnue par de nombreux pays, dont la Suisse. Belgrade et Pristina ont entamé un dialogue sous les auspices de l'UE en mars 2011. Il s'est traduit par plusieurs accords visant à améliorer la vie quotidienne de la population du Kosovo.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!