Espagne - Reconnu coupable d'extorsion contre des banques et des entreprises
Publié

EspagneFigure de la lutte contre la corruption condamnée pour extorsion

Quatre ans de prison: tel est le verdict de la justice espagnole pour le fondateur de Manos limpias. Le chef de cette association anticorruption voulait faire chanter des banques.

Les deux principaux accusés ont été reconnus coupables d’avoir exigé le versement, par des grandes banques espagnoles, d’argent pour qu’«en échange, leur soient évitées des actions en justice ou des campagnes de discrédit», a déclaré l’Audience nationale.

Les deux principaux accusés ont été reconnus coupables d’avoir exigé le versement, par des grandes banques espagnoles, d’argent pour qu’«en échange, leur soient évitées des actions en justice ou des campagnes de discrédit», a déclaré lAudience nationale.

AFP

Le fondateur de l’association de lutte contre la corruption Manos limpias (Mains propres), Miguel Bernad, a été condamné à quatre ans de prison pour être impliqué dans un réseau d’extorsion de fonds visant de grandes sociétés, a annoncé, vendredi, la justice espagnole.

Le militant espagnol a été reconnu coupable d’avoir exigé le versement, par «des banques et des entreprises», d’argent pour qu’«en échange, leur soient évitées des actions en justice ou des campagnes de discrédit», a déclaré lAudience nationale.

Le double pour le chef du réseau

Présent à ses côtés, considéré comme le chef du réseau, Luis Pineda, le fondateur d’une association de défense des usagers des banques, Ausbanc, a été condamné à huit ans de prison pour les mêmes faits.

Les deux accusés ont tenté de faire chanter «la majorité des banques espagnoles», ainsi que de grandes multinationales telles que Nissan et Volkswagen, leur demandant parfois plusieurs millions d’euros, a expliqué l’Audience nationale.

Acquittés dans le «dossier Cristina»

Ils avaient aussi été accusés d’avoir essayé d’extorquer plusieurs millions d’euros à deux banques, en échange du retrait d’accusations contre la princesse espagnole Cristina, en 2015, mais les juges les ont acquittés dans ce sous-dossier, faute de preuves. Six autres accusés, membres de ces deux associations, ont été acquittés dans l’ensemble de l’affaire.

Manos limpias, fondée en 1995 et s’inspirant du nom de l’opération de lutte contre la corruption «Mani pulite» en Italie, a déclenché des poursuites judiciaires ou s’est portée partie civile dans de nombreuses actions en justice contre la corruption de grandes entreprises et de membres de la famille royale.

118 et 24 ans requis

Dans le procès de Luis Pineda et de Miguel Bernad, ouvert en 2018, le Parquet espagnol avait requis des peines de 118 ans de prison contre le premier et de 24 ans contre le second.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires