Amérique latine: Record d'homicides au Brésil en 2017
Actualisé

Amérique latineRecord d'homicides au Brésil en 2017

Un nombre record de 65'602 homicides en 2017 a été enregistré au Brésil en 2017, dont 75,5% de victimes noires.

Un policier anti-émeute à Rio le 15 mai 2019.

Un policier anti-émeute à Rio le 15 mai 2019.

AFP

Le Brésil a enregistré un nombre record de 65'602 homicides en 2017, 4,9% de plus que l'année précédente, d'après un rapport rendu public mercredi, les trois quarts des victimes étant des Noirs ou des métis.

Les chiffres de l'«Atlas de la Violence», élaboré par l'ONG Forum brésilien de sécurité publique (FBSP) en partenariat avec l'Institut brésilien de recherches économiques Appliqué (Ipea), font état d'un taux d'homicide de 31,6 pour 100'000 habitants. Ce taux, qui s'élevait à 30,3 pour 100'000 en 2016, est plus de trois fois supérieur au seuil de violence endémique défini par l'ONU (10 pour 100'000).

Le rapport publié mercredi actualise des données présentées en août par la même ONG et qui faisait état de 63'000 homicides, en y intégrant des chiffres des services de santé publique.

Profil type

Le profil type de la victime d'homicide au Brésil est «un jeune homme noir, célibataire, qui n'a pas été scolarisé plus de sept ans et a été tué dans la rue entre 18H00 et 22H00, lors des mois les plus chauds de l'année», selon le rapport, qui ne fournit pas de données sur le profil des auteurs de ces homicides.

Pour les jeunes de 15 à 19 ans, le taux d'homicide s'élève à 69,9 pour 100'000, plus du double du chiffre correspondant à l'ensemble de la population. Par ailleurs, 75,5% des personnes tuées au Brésil en 2017 étaient des Noirs ou métis et le taux d'homicide des personnes de couleur a augmenté de 33,1% en dix ans, contre 3,3% pour les Blancs.

Daniel Cerqueira, coordinateur de l'équipe qui a réalisé le rapport, a expliqué ces chiffres par «les inégalités dans l'éducation et sur le marché du travail». Les inégalités régionales sont également très fortes, avec un taux d'homicides supérieur à 60 pour 100'000 dans les Etats d'Acre (Nord) ou Alagoas (Nord-est), et à 50 pour 100'000 au Para, Pernambouc et Sergipe, tous dans le Nord-est. Ce taux s'explique notamment par la guerre entre factions rivales de narcotrafiquants qui se disputent les nouvelles routes du trafic de cocaïne.

Armes à feu

Dans l'Etat de Sao Paulo (Sud-est), le plus riche et le plus peuplé, le taux d'homocides s'élève à 10,3 pour 100'000, trois fois moins que la moyenne nationale. Plus de 72% des homicides de 2017 ont été commis par armes à feu, dans un pays où le président d'extrême droite Jair Bolsonaro a signé récemment deux décrets assouplissant les conditions régissant le port et la détention de ces armes.

Daniel Cerqueira avertit que, sans le Statut du Désarmement en vigueur depuis 2003 - modifié par les décrets présidentiels -, les chiffres annoncés mercredi pour l'année de 2017 auraient pu s'avérer encore pires. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion