Statistiques: Record de créations de start-ups malgré la crise
Publié

StatistiquesRecord de créations de start-ups malgré la crise

Près de 47’000 entreprises ont été inscrites au registre de commerce suisse en 2020. C’est 5,3% de plus qu’en 2019. Mais la Suisse romande affiche un léger recul.

Le conseil et le commerce en ligne ont été boosté par la crise.

Le conseil et le commerce en ligne ont été boosté par la crise.

Pixabay

Quelque 46’842 entreprises ont été inscrites au registre de commerce suisse en 2020. Un record, selon la plateforme de création d’entreprises en ligne startups.ch, qui a compilé les chiffes du registre du commerce suisse. C’est 5,3% de plus qu’en 2019, année qui avait déjà enregistré un record.

Pour beaucoup de personnes qui prévoyaient depuis longtemps de créer leur entreprise, la crise a été un élément déclencheur, a commenté Michele Blasucci, créateur et directeur de Startups.ch, elle leur a fait prendre conscience que l’on pouvait se retrouver confiné chez soi du jour au lendemain. De nombreux jeunes créateurs y ont vu un signal clair pour agir sans attendre et combler les lacunes du marché».

Ces chiffres doivent être mis en relation avec une nette hausse des faillites (2490, +88%). «Mais au vu de la crise, nous nous attendions à un chiffre nettement plus élevé», constate Michele Blasucci dans un communiqué.

Disparité géographique

Les grandes régions de Suisse du Nord-Ouest +10,5 %, de Suisse centrale +10,1%, de Suisse orientale +8,4%, de Zurich +7,5% et de l’Espace Midlands +6,0% connaissent de nouveaux records en 2020 en termes de nombre de créations d'entreprises. Le Tessin a été durement touché par la pandémie, on constate une baisse du nombre de créations d'entreprises par rapport à l'année précédente, à savoir -10,6 %. La Suisse du Sud-Ouest a pu se redresser au cours de l'année et n'a enregistré qu'un léger recul de 0,2% des nouvelles entreprises, analyse pour sa part IFJ l’Institut für Jungunternehmen (IFJ) à Saint-Gall.

Environ 50 % de toutes les créations d'entreprises se situent dans les secteurs de l'artisanat (16,7%), du conseil (10,2%), du commerce de détail (8,6%), de l'immobilier (8,1%) et de la finance et des assurances (6,8%). Le nombre le plus faible de créations d’entreprises se trouve dans les activités d'impression et d'édition (0,3%), de haute technologie (0,6%), d'agriculture et de sylviculture (1,1%) et de la formation (1,8%), selon l’IFJ.

Perspectives encourageantes pour 2021

Pour la nouvelle année, Michele Blasucci table sur un essor des nouvelles créations avec l’accalmie de la pandémie : «Bon nombre de nouveaux entrepreneurs, travaillant par exemple dans des secteurs classiques, ont attendu pour créer leur propre entreprise. Cela vaut en particulier pour les branches qui sont fortement touchées par la pandémie, telles que la restauration, l’événementiel, les voyages et les divertissements», analyse-t-il.

(gma)

Ton opinion

32 commentaires