Vaud: Recordon dans la course au Conseil des Etats
Actualisé

VaudRecordon dans la course au Conseil des Etats

Les Verts vaudois ont plébiscité la candidature de Luc Recordon pour le Conseil des Etats. Le sénateur devrait faire liste commune avec la socialiste Géraldine Savary pour décrocher un troisième mandat.

Elu mercredi soir par acclamation, Luc Recordon, 59 ans, a rappelé le «couple soudé» qu'il constitue avec Géraldine Savary. La socialiste a souligné leur «complémentarité», leurs «valeurs communes» et l'opiniâtreté avec laquelle travaille l'élu écologiste.

Après l'élection express de leur tête de liste, les Verts sont passés à la désignation de leurs candidats pour le Conseil national. Aucun problème pour désigner les 18 noms de la liste, qui intègre autant d'hommes que de femmes, placés alternativement.

Daniel Brélaz contesté

Mais l'ordre sur cette liste a provoqué de laborieuses discussions. Une partie de l'assemblée ne souhaitait pas mettre en avant le syndic de Lausanne Daniel Brélaz, 65 ans, en raison de sa sensibilité politique ainsi que pour «laisser la place aux jeunes».

«Nous avons besoin d'une liste de combat pour renverser la tendance électorale et regagner le siège perdu en 2011», a fait valoir Cédric Pillonel, membre du bureau. «Si le parti vise un 3e siège, cela peut aider. Sinon, je ne me vexerai pas, je resterai sur la liste quoi qu'il arrive», a déclaré l'intéressé qui s'est dit «prêt à sortir dix minutes pour qu'on puisse dire tout le mal qu'on pense de moi».

Soutien au showman des médias

Au final, pour tirer la liste, une nette majorité, par 69 voix contre 18 et 2 abstentions, a accepté de placer Daniel Brélaz, le «showman des médias», et la municipale de Renens Tinetta Maystre juste derrière les sortants: Luc Recordon, qui se présente aux deux Chambres, Adèle Thorens et Christian van Singer. Le parti présentera aussi une liste jeunes apparentée.

Daniel Brélaz a promis de mettre ses compétences et «toute son énergie renouvelée» dans la défense des intérêts des Verts. Le «géant vert» a rappelé qu'il ne se représentera pas à la syndicature aux élections communales de 2016. Comme le parti interdit le double mandat, les candidats ont une année pour régulariser leur situation en cas d'élection, a rappelé le président Martial de Montmollin. (ats)

Ton opinion