Actualisé 10.07.2020 à 17:53

Genève

Recours contre le projet de logements aux Vernets

Les opposants au projet de quartier ont saisi la justice pour demander l’annulation des autorisations de construire.

Le projet de logement sur le site de la Caserne des Vernets, photographié sur la maquette de la ville de Genève. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le projet de logement sur le site de la Caserne des Vernets, photographié sur la maquette de la ville de Genève. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

KEYSTONE

Des associations et des voisins font recours contre le projet immobilier aux Vernets (GE). Ils contestent essentiellement l'abattage de 113 arbres et des écarts par rapport au plan localisé de quartier (PLQ).

Le recours est déposé par les associations Patrimoine Vivant, Sauvons nos arbres et des habitants des Acacias notamment, a indiqué à Keystone-ATS leur avocat Pierre Bayenet, par ailleurs député suppléant d'Ensemble à Gauche. Il a été adressé vendredi au Tribunal administratif de première instance. Les recourants demandent l'annulation des autorisations de construire délivrées le 12 juin.

Le projet immobilier s'inscrit dans le cadre du développement du secteur Praille-Acacias-Vernets, sur l'emplacement de la caserne. Il prévoit 1500 logements, dont 300 pour des étudiants, dans deux îlots de 30 mètres de haut et une tour de 86 mètres. S'y ajoute un bâtiment d'activités avec un hôtel. Tous les appartements seront en location, les premiers sont attendus pour 2023. Le terrain est en mains publiques.

Arbres abattus

Les recourants demandent qu'une analyse d'impact sur l'environnement complète soit réalisée. Le projet implique l'abattage de 113 arbres, dont une majorité de tilleuls et des peupliers de plus de 20 mètres de haut, même en bordure des constructions. En outre, il empiète sur le continuum aquatique et corridor biologique de l'Arve.

Les recourants constatent encore de nombreux écarts entre le PLQ et les autorisations définitives au niveau architectural. Par exemple, les cheminements pour les piétons et les cyclistes dans les deux cours intérieures ne seront plus directs, contrairement à ce qui était prévu.

Manque de luminosité

Plusieurs normes de construction sont aussi violées afin de construire plus de logements et au détriment de la qualité de vie des habitants, selon les recourants. La hauteur de plafond est abaissée à 2,5 mètres, tandis que la surface des chambres est réduite au minimum, voire en dessous. Les recourants craignent un manque de luminosité dans les logements.

Ils critiquent encore le fait qu'une partie des loyers est déplafonnée, alors qu'un chantier de cette taille permet des économies d'échelle. Ils demandent à l'Etat de fournir des explications détaillées sur ces dérogations et sur les plans financiers présentés. Des vices de forme dans la procédure menant à la délivrance des autorisations sont aussi mis en avant.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
96 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Céréales Killer

11.07.2020 à 22:38

Au lieu de densifier et de niveler la qualité de vie des gens vers le bas, faudrait peut être arrêter le phénomène d’aspiration des travailleurs étrangers qui croient à tort que la Suisse est l’El Dorado. On va faire quoi ? Des clapiers ? Déclasser les terrains agricoles pour être encore dépendants des autres pays ? Les locaux n’arrivent déjà pas à se loger et on va quand même chercher des gens à des centaines de km pour éviter de payer un salaire plus élevé ? C’est n’importe quoi.

Pensée du jour

11.07.2020 à 18:37

Alors amis genevois, arrêter aussi de vous plaindre du trafic pendulaire et autre invasion des plaques 74 / 01 et 25, a un moment il faut être cohérent, soit vous construisez à GE, soit c’est l’invasion. Il faut choisir. CQFD

Paul

11.07.2020 à 18:15

Coupez autant d'arbres que besoin. Il s'agit de renouvlable... ils vont repousser... où est le problème ? par contre n'oubliez pas de mentionner votre adresse pour faire envie à ceux qui sont désespèrés....