Actualisé

Recrudescence de suicides au sein de l'US Army

Washington- L'armée américaine n'avait plus connu autant de suicides depuis 26 ans. L'an dernier, pas moins de 99 soldats ont mis fin à leurs jours, dont 28 étaient déployés en Irak ou en Afghanistan, selon un rapport militaire américain.

Ce rapport de l'US Army (l'armée de terre américaine, NDLR), dont l'Associated Press a obtenu copie, rappelle qu'en 2005, 88 soldats américains s'étaient donné la mort. Il faut remonter à 1991, à l'époque de la première guerre du Golfe, pour trouver un total supérieur, en l'occurrence 102 suicides.

«L'Irak est la zone où étaient déployés le plus souvent ceux qui ont commis un suicide ou une tentative», relève le document, qui observe par ailleurs que les femmes envoyés sur les théâtres d'opération sont deux fois plus nombreuses à mettre fin à leurs jours que celles basées hors des zones de combat.

Alors que la durée des rotations a été souvent allongée et que le retrait des troupes américaines d'Irak ne se précise pas, le rapport fait apparaître une relation importante entre le nombre de jours passés en Irak, en Afghanistan ou dans les pays voisins, où les troupes sont engagées dans des opérations de soutien, et le risque de suicide. En revanche, le nombre de déploiements successifs ne semble pas jouer un rôle aussi important.

La plupart des suicidés ont choisi d'utiliser une arme à feu. Ceux qui ont été sauvés ont plus souvent opté pour des surdoses de médicaments ou des armes blanches.

Avec plus 500.000 membres en service actif, l'US Army est de loin la plus grande composante de l'armée américaine. Elle dispose d'un contingent de 160.000 hommes en Irak et une bonne part des 23.000 soldats déployés en Afghanistan sont issus de ses rangs.

Les 99 suicides de 2006 font monter le taux à 17,3 pour 100.000, alors qu'il était de 12,3 en moyenne ces 26 dernières années. Le taux de suicides des soldats mobilisés sur les zones de conflit est lui resté relativement stable, à 19,4 pour 100.000 contre 19,9 pour 100.000 en 2005.

Ce rapport est publié alors que l'armée américaine réfléchit à apporter un soutien psychologique plus important à ses hommes. L'étude souligne qu'un quart de ceux qui ont tenté de mettre fin à leurs jours avaient déjà connu des troubles d'ordre psychiatrique.

En règle générale, ils devaient affronter des difficultés relationnelles, des problèmes financiers ou légaux, ou souffraient du stress liés à leur mission.

Les données provisoires concernant le premier semestre 2007 semblent indiquer que le nombre global des suicides est en retrait, même si les soldats déployés dans les zones de conflit sont plus nombreux à se donner la mort.

AP

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!