Etats-Unis: Recul du bénéfice net pour General Electric
Actualisé

Etats-UnisRecul du bénéfice net pour General Electric

Le conglomérat américain a vu son bénéfice net plonger et son chiffre d'affaires se tasser au troisième trimestre.

General Electric (GE) a annoncé vendredi un plongeon de 29% de son bénéfice net au troisième trimestre, à 2,5 milliards de dollars (2,38 milliards de francs). Son chiffre d'affaires a également déçu les marchés.

Le bénéfice ajusté par action, référence en Amérique du nord, est ressorti à 29 cents contre 26 cents attendus en moyenne, selon un communiqué.

Les revenus engendrés par les activités industrielles ont reculé de 1,52% à 27,94 milliards pour un chiffre d'affaires total de 31,68 milliards de dollars (-1,32%). Les marchés tablaient sur 28,57 milliards de dollars.

Si les commandes dans l'industrie ont chuté de 23,2% sur le trimestre en raison principalement du dollar fort. Le bénéfice opérationnel des activités industrielles a augmenté de 5% à 4,5 milliards de dollars.

A Wall Street, le titre se trouvait orienté en baisse, dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.

Recentrage

Un des baromètres de la santé de l'économie américaine, GE est en train de se recentrer sur ses activités industrielles comme les équipements pour les domaines aéronautique, énergétique, de la santé et des transports au détriment de la finance. Ce dernier secteur enregistrait jusqu'à la crise de gros profits.

Dans ce cadre, le groupe a annoncé vendredi qu'il allait procéder la semaine prochaine à un échange d'actions détenues dans sa filiale de banque de détail américaine Synchrony, cotée en Bourse, après avoir obtenu le feu vert la veille des régulateurs. Il espère ainsi réduire considérablement sa participation.

Pôle énergie d'Alstom dans le viseur

La firme, qui est depuis peu sous la pression d'un investisseur activiste américain, le milliardaire Nelson Peltz, a par ailleurs cédé cette semaine un portefeuille d'actifs financiers évalués à quelque 30 milliards de dollars à la banque Wells Fargo.

Le groupe basé à Fairfielfd dans le Connecticut a en revanche indiqué vendredi qu'il allait finaliser «dans les prochaines semaines» l'acquisition du pôle énergie du fleuron industriel français Alstom. Ce dernier se situe au centre de sa restructuration. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion