Suisse: Rédiger son testament: libérateur et apaisant

Publié

SuisseRédiger son testament: libérateur et apaisant

Les bisbilles autour d'une succession sont légion dans le pays. Désigner ses héritiers permet de prévenir ce genre de querelles. Et 81% de ceux qui l'ont fait se sont senti mieux après.

par
szu
Seuls 27% des Suisses ont rédigé un testament.

Seuls 27% des Suisses ont rédigé un testament.

Keystone

En cette veille de la Journée internationale du testament, un sondage réalisé par l'association MyHappyEnd montre que seuls 25% des Suisses prennent soin de régler leur succession.

Alors que l'on estime à environ 70 milliards la somme des montants hérités en Suisse chaque année, 51 % des personnes interrogées ont indiqué que, dans leur entourage, il y avait déjà eu des querelles concernant un héritage.

Moins d'un tiers des Suisses ont écrit un testament

Un testament peut en général éviter ce genre de disputes. Pour 77% de la population, la rédaction d'un tel document est «très importante» ou «assez importante», tandis que 51% des personnes interrogées disent vouloir rédiger «vraisemblablement» ou «très prochainement» un testament. Mais dans la réalité, seuls 27% des Suisses sont passés à l'acte.

Quoi qu'il en soit, celui ou celle qui rédige un testament ne le regrette pas, bien au contraire. En effet, 81% de ceux qui ont franchi le pas ont trouvé cela «libérateur» et seulement 21% ont estimé que la démarche a été «compliquée».

Peu désignent d'autres héritiers que leurs proches

Les raisons qui motivent la rédaction d'un testament sont en priorité les souhaits de mettre en sécurité le partenaire, les enfants et les proches parents (61%). Et un autre motif souvent invoqué (33%) est , justement, de prévenir d'éventuelles querelles de succession.

Seuls 12% disent que, lors de la succession, ils peuvent «tout à fait» envisager de donner leurs biens à des organisations d'utilité publique au lieu de favoriser exclusivement leur propre famille.

Ton opinion