Berne: Réduire l'aide sociale pour rendre le travail attractif

Actualisé

BerneRéduire l'aide sociale pour rendre le travail attractif

Le gouvernement bernois veut couper dans les prestations de l'aide sociale. Le forfait d'entretien pour les 18-25 ans pourrait diminuer de 30%.

La mise en oeuvre de ces mesures devrait permettre d'économiser au maximum 25 millions de francs.

La mise en oeuvre de ces mesures devrait permettre d'économiser au maximum 25 millions de francs.

La révision de la loi sur l'aide sociale présentée lundi prévoit de diminuer le montant pour l'entretien versé aux bénéficiaires de l'aide sociale qui ne font pas assez d'efforts pour s'insérer sur le marché du travail. Les personnes qui n'améliorent pas leurs connaissances linguistiques seront aussi pénalisées.

Le gouvernement pourra abaisser de 10% le forfait pour l'entretien fixé par les normes de la Conférence suisse des institutions d'aide sociale (CSIAS). Une personne seule recevrait un minimum de 887 francs par mois au lieu de 977. Ce forfait couvre les coûts de la vie, sauf les frais liés à la santé et au logement.

Jeunes adultes pénalisés

Les jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans pourront être frappés plus durement par cette réforme. Le forfait d'entretien pour cette catégorie d'âge pourra être réduit de 30% si les bénéficiaires ne suivent pas de formation ou s'ils n'exercent pas d'activité professionnelle.

En revanche, ces réductions supplémentaires ne s'appliqueront pas aux personnes de moins de 18 ans et de plus de 60 ans. Le projet épargne aussi les personnes élevant seules un enfant de moins d'un an, ainsi que celles qui sont gravement atteintes dans leur santé.

Dans le même temps, Berne veut faire plus d'efforts pour promouvoir l'intégration économique. Le gouvernement propose d'augmenter le supplément d'intégration, aujourd'hui limité à 100 francs, à 300 francs par mois. Mais il faudra remplir des exigences pour en bénéficier, avertit le Conseil-exécutif.

La mise en oeuvre de ces mesures devrait permettre d'économiser au maximum 25 millions de francs. Une somme de 10 millions de francs sera affectée au programme d'austérité et le reste viendra financer de nouveaux projets d'intégration, a expliqué le conseiller d'Etat UDC Pierre Alain Schnegg.

Fronde des communes

Le projet suscite déjà la fronde des grandes communes du canton, dont Berne et Bienne. Elles dénoncent l'ampleur de la réduction des forfaits versés aux bénéficiaires et proposent d'autres pistes pour réaliser des économies.

Pour le Conseil municipal biennois, une nouvelle baisse des limites des normes de la CSIAS n'est pas efficace. Il estime que ces mesures ne permettront pas d'aider davantage les bénéficiaires de l'aide sociale à se réinsérer sur le marché du travail.

Le directeur de la santé publique et de la prévoyance sociale est conscient qu'un référendum pourrait être lancé contre ce projet. «Ce ne serait pas un mal, au contraire. Il appartiendrait alors à nos concitoyennes et concitoyens de décider si la direction choisie est la bonne ou s'ils veulent autre chose», a relevé Pierre Alain Schnegg. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion