05.10.2020 à 12:00

fashionUne marque de baskets élève les infirmières au rang de super-héroïnes

La nouvelle campagne publicitaire de Reebok met en scène six professionnelles de la santé en première ligne de la lutte contre le Covid-19 à Boston.

de
Marie-Adèle Copin
5.10.2020

Mains sur les hanches, menton levé, six femmes posent fièrement pour la marque de baskets. Et si le décor et leur attitude vous font penser à une super-héroïne en particulier, c’est normal. C’est fait exprès. Elles sont présentées comme telles dans la campagne publicitaire pour la nouvelle collection capsule Reebok x Wonder Woman 1984.

Cette collection a été créée en partenariat avec DC Film et Warner Bros à l’occasion du film «Wonder Woman 1984», qui sortira en décembre. La campagne publicitaire met en scène six infirmières de Boston, où l’équipementier américain a son siège. Taylor Meyer, Vilma Pacheco, Kathryn DInnocenzo, Suki Stiles, Cassie Moy et Solange Rosa travaillent pour certains des plus grands hôpitaux de la ville, qui ont été gravement touchés au plus fort de l’épidémie de Covid-19.

«Elles sont en première ligne pour combattre la première pandémie mondiale du siècle, jour après jour, en risquant leur vie pour en sauver dautres, déclare dans un communiqué Caroline Machen, vice-présidente du marketing chez Reebok. Elles ne se considèrent peut-être pas comme des héroïnes de la vie réelle, mais nous, oui.»

En plus de faire poser ces Wonder Woman, Reebok a également produit un court métrage documentaire dans lequel chaque infirmière témoigne de son expérience.

Vilma Pacheco explique quen plus de faire face à un afflux de patients, la peur de contracter le virus était traumatisante. «Ne pas savoir si nous allions être malades ou si cest nous qui allions mourir a été lune des expériences les plus horribles de ma carrière», dit-elle les larmes aux yeux.

Les infirmières racontent également à quel point il était difficile, sur le plan émotionnel, dempêcher les patients malades de voir leurs proches. Certaines ont admis quelles ne voyaient toujours pas leur famille depuis le début de la pandémie, pour éviter le risque dexposition.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
7 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

stewart

06.10.2020 à 11:02

je pige rien : les hôpitaux étaient vides pendant des mois, toutes les opérations ayant été annulées.. pourquoi ces éloges.. ??...

Vas-y

05.10.2020 à 13:21

Pour vendre des godasses...😂

prune

05.10.2020 à 12:41

D'accord elles sont sur le front,mais elles font un métier qu'elles ont choisi. Alors pourquoi super-heroïnes?Tant de gens sont des héros de l'ombre...