Venezuela: Référendum anti-Maduro: les signatures validées
Actualisé

VenezuelaRéférendum anti-Maduro: les signatures validées

L'opposition souhaite organiser rapidement un référendum révocatoire.

Des opposants à Nicolas Maduro font valider leur signature dans l'espoir d'organiser un référendum contre le président, à Caracas (Venezuela) le 24 juin 2016.

Des opposants à Nicolas Maduro font valider leur signature dans l'espoir d'organiser un référendum contre le président, à Caracas (Venezuela) le 24 juin 2016.

photo: AFP

L'opposition vénézuélienne a obtenu la validation des signatures nécessaires pour demander la convocation d'un référendum révocatoire contre le président Nicolas Maduro, a annoncé vendredi un responsable de l'opposition. «La quantité minimale de signatures nécessaire a été clairement dépassée», a affirmé Vicente Bello, coordinateur pour les affaires électorales de la Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition de l'opposition vénézuélienne.

Il parlait à l'issue de la dernière des cinq journées au cours desquelles 200'000 signatures devaient être validées par les autorités électorales pour que l'opposition puisse demander officiellement la convocation du référendum.

De lundi à vendredi, des milliers de Vénézuéliens se sont rendus dans les centres électoraux pour faire valider leurs signatures avec leurs empreintes digitales.

Le Conseil national électoral (CNE) - que l'opposition accuse d'être favorable au pouvoir du président Maduro - doit maintenant confirmer si le nombre requis de signatures validées a été atteint.

Accusation de sabotage

«Mission accomplie, cher Venezuela», a déclaré sur son compte Twitter le chef de l'opposition, Henrique Capriles, principal animateur du mouvement pour un référendum révocatoire.

«Nous allons maintenant nous préparer pour la prochaine étape», a dit Henrique Capriles dans une vidéo.

Au terme d'un processus complexe, les adversaires de Nicolas Maduro devront réunir quelque 4 millions de signatures pour que le CNE les valide et qu'il soit alors possible de convoquer le référendum révocatoire.

Au cours de la semaine, la MUD a accusé le pouvoir de Nicolas Maduro de tenter de saboter le processus de validation des signatures par des retards, des obstacles logistiques et des menaces voilées de suspension du processus.

Sévère crise économique

Les opposants motivent notamment leur demande de départ de Nicolas Maduro du pouvoir par la sévère crise économique que connaît le Venezuela.

Le pays, dont l'économie s'est effondrée avec la chute des prix du pétrole, est en ébullition. Pillages et lynchages se font plus nombreux, les habitants étant las d'une pénurie qui frappe 80% des aliments et de la pire inflation au monde (180,9% en 2015). Ces troubles ont fait au moins cinq morts ces dernières semaines.

Nicolas Maduro, successeur du président Hugo Chavez, mort en 2013, n'a plus que 25% de soutien populaire, selon un sondage de l'institut Datanalisis. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion