Publié

Loi sur le CO₂Référendum UDC: les Verts et le PLR ripostent

Après le dépôt du référendum contre la loi sur le CO₂, les associations écologiques et le PLR apportent leur soutien.

par
Eric Felley
Le comité référendaire qui a déposé ce mardi à Berne plus de 100 000 signatures contre la loi sur le CO₂

Le comité référendaire qui a déposé ce mardi à Berne plus de 100 000 signatures contre la loi sur le CO₂

UDC

«Le référendum contre la loi sur le CO2 a abouti avec un résultat impressionnant: plus de 111 000 signatures. Voilà un signal politique clair». Ce mardi, l’UDC et ses alliés du comité référendaire ont déposé à Berne cette abondante récolte à la Chancellerie fédérale: «C’est la preuve que le mécontentement au sein du peuple suisse est grand. L’UDC a activement soutenu ce référendum issu d’une large alliance réunissant les arts et métiers, le secteur automobile ainsi que des associations de mobilité et du domaine énergétique».

1000 francs de charges supplémentaires

À cette occasion, les référendaires ont brandi leurs arguments de campagne, qui devraient faire douter la population suisse: «Le prix de l’essence et du diesel augmentera de 12 centimes par litre et les taxes sur l’huile et le gaz de chauffage augmenteront de plus du double. Une taxe allant jusqu’à 120 francs sera prélevée sur chaque billet d’avion.» Selon les calculs publiés par l’UDC, il en coûtera 1000 francs de charges supplémentaires par an pour un ménage de quatre personnes.

L’accord de Paris en point de mire

Les milieux de protection de la nature et du climat avaient préparé plusieurs communiqués en riposte au dépôt du référendum. Thomas Vellacott, directeur général du WWF Suisse, estime que «la nouvelle loi sur le CO2 est un premier pas solide vers une meilleure protection du climat. (…) Elle pose, dans tous les secteurs, des jalons importants pour protéger le climat et crée le cadre nécessaire à la future politique climatique de la Suisse».

Profits à court terme dénoncés

L’Alliance climatique suisse, qui regroupe quelque 90 organisations, s’en prend de son côté aux associations pétrolières, à l’industrie automobile et à l’UDC, «dont les parlementaires occupent des nombreuses positions de premier plan de ces associations», qui tentent d’empêcher la loi révisée sur le CO₂. «Ils semblent moins préoccupés par leurs petits-enfants que par leurs profits à court terme», déclare son directeur Christian Lüthi.

Le chargé de campagne de Greenpeace Suisse, Georg Klinger, hausse encore le ton: «Le lobby automobile et pétrolier continue de miser sur l’exploitation des combustibles fossiles. Une attitude qui a pour conséquence la destruction de nos conditions de vie. Ce référendum est indigne d’une société éclairée qui agit avec précaution».

Soutien du PLR

Par ailleurs, le PLR a confirmé son soutien à cette loi: «Afin de respecter les engagements de la Suisse conformément à l’accord de Paris sur le climat et ainsi réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, notre parti a été le premier à soutenir la loi sur le CO2.» Le PLR a lancé une plateforme intitulée www.blueprints.ch, pour lister ses réalisations dans le domaine du développement durable et de l’environnement: «Pour nous, seules des actions associant économie et écologie nous permettront d’atteindre notre objectif, soit une Suisse climatiquement neutre».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
156 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

ganache

13.01.2021 à 13:12

Un grand bravo aux écolos verts... magnifique d'inciter la minuscule Suisse à *purifier* toute la planète par des taxes excessives😕 (l'on va me rétorquer que les petits ruisseau font les grandes rivières) 🤔 Tout le monde connaît les pays et les activités qui poluent vraiment énormément la planète 😏

Nomoretax

13.01.2021 à 12:33

Enfin une votation qui mériteras mon attention. Trop de taxe et d'impôts, basta ca suffit et l'idéologie verte au placard

Ben 55

13.01.2021 à 10:22

La Confédération fait fausse route! Si urgence d’agir il y a, ce n’est pas aux usagers de l’energie fossiles à payer, mais à l’Etat. En effet, ce sont les états qui ont cautionné l’usage de l’énergie fossile. Dite énergie arrangeait les pendulaires obligés de penduler. La politique des États est responsable du réchauffement; à eux de payer. Par ex en diminuant les prix des billets de train et en subventionnant l’achat de voitures électriques, comme en France!