Humanitaire: Réfugiés: 358 millions promis à l'Ouganda
Actualisé

HumanitaireRéfugiés: 358 millions promis à l'Ouganda

La somme promise est bien en deçà des 2 milliards jugés nécessaires pour aider l'Ouganda à accueillir le million de réfugiés du Sud-Soudan.

1 / 58
Un délai de 100 jours a été accordé jeudi aux belligérants du conflit sud-soudanais - le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar - pour leur permettre de former un gouvernement d'union nationale. (7 novembre 2019)

Un délai de 100 jours a été accordé jeudi aux belligérants du conflit sud-soudanais - le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar - pour leur permettre de former un gouvernement d'union nationale. (7 novembre 2019)

AFP
L'ONU réclame que les coupables d'agressions sexuelles massives au Soudan du Sud soient poursuivis en justice. (Lundi 3 décembre 2018)

L'ONU réclame que les coupables d'agressions sexuelles massives au Soudan du Sud soient poursuivis en justice. (Lundi 3 décembre 2018)

AFP
Le président du Soudan du Sud Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar se sont rencontrés mercredi en vue de faire la paix. (20 juin 2018)

Le président du Soudan du Sud Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar se sont rencontrés mercredi en vue de faire la paix. (20 juin 2018)

Keystone

La communauté internationale s'est engagée vendredi lors d'un sommet à Kampala à verser 358 millions de dollars pour aider l'Ouganda à faire face à l'afflux de près d'un million de réfugiés sud-soudanais. Il s'agit d'un montant très en deçà des attentes.

Cette somme de 358 millions de dollars promise par les donateurs internationaux est très loin des 2 milliards de dollars jugés nécessaires pour couvrir les besoins de financement de l'Ouganda pour l'année à venir.

Les organisateurs du sommet estimaient même que 8 milliards de dollars seraient nécessaires pour les quatre prochaines années pour faire face à cette arrivée massive de réfugiés sud-soudanais, qui fuient leur pays en guerre civile depuis trois ans et demi.

«Point de départ»

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui avait à l'ouverture du sommet appelé la communauté internationale à faire preuve de «solidarité» avec l'Ouganda, a cependant qualifié de «bon point de départ» ce chiffre.

«Vous n'avez jamais lors d'une conférence de promesses de dons le montant total que vous réclamiez», a déclaré lors d'une conférence de presse Antonio Guterres, qui avait visité jeudi le camp de réfugiés d'Imvepi dans le nord de l'Ouganda.

«Commencer avec un chiffre de 358 millions de dollars plus l'engagement de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (...) pour différents projets, je pense que c'est un très bon départ, mais nous ne pouvons pas nous arrêter là», a-t-il ajouté.

Résultat «inquiétant»

Son optimisme était cependant loin d'être partagé par de nombreuses ONG. «Le résultat est décevant, inquiétant et préoccupant étant donné la situation», a déclaré à l'AFP Yuna Cho, la responsable communication de Médecins sans frontières (MSF) en Ouganda.

«Même si le nombre de personnes qui traversent actuellement la frontière baisse, ça ne signifie pas que le problème est proche d'être résolu», a-t-elle ajouté. Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), plus de 947'000 Sud-Soudanais sont abrités en Ouganda, qui accueille sur son sol un total de 1,2 million de réfugiés. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion