Refus d'entrée en Suisse justifié à une jeune Moldave

Actualisé

Refus d'entrée en Suisse justifié à une jeune Moldave

L'Office fédéral des migrations (OFM) a refusé de bon droit une autorisation d'entrée en Suisse à une jeune Moldave.

C'est ce qu'a confirmé le Tribunal administratif fédéral (TAF) en rejetant un recours déposé par un Genevois qui voulait faire venir en Suisse la jeune femme. Il n'y a pas de garantie suffisante que la jeune femme en question quitte effectivement le territoire suisse à l'expiration de son visa de touriste, a estimé le TFA dans un jugement paru très récemment. Le tribunal a tenu entre autres compte du fait que la situation sociale et politique est difficile en Moldavie. L'expérience montre que les étrangers en semblable situation cherchent par tous les moyens, une fois venus, à rester en Suisse.

D'autres motifs ont incité l'ODM à penser que la femme ne repartirait pas dans son pays. Guide-interprète touristique dans la ville moldave de Chisinnau, elle avait fait valoir qu'elle venait en Suisse pour améliorer ses connaissances en français. Son hôte, en Suisse, avait quant à lui déclaré qu'il entretenait une relation sentimentale avec la jeune femme. Or le Tribunal a jugé «non négligeable» la différence d'âge entre l'hôte suisse et la jeune femme moldave, à savoir 38 ans. Cet élément à renforcé diverses «incertitudes» quant à la volonté de la jeune Moldave de repartir dans son pays à l'expiration du visa. Selon le TAF, il est connu que de nombreux étrangers, une fois en Suisse, cherchent à s'y établir à demeure «n'hésitant pas à utiliser tous les moyens à leur disposition pour tenter de parvenir à leurs fins».

De toute manière, selon le TAF, le refus d'accorder un visa d'entrée en Suisse à la jeune Moldave n'empêche pas les deux personnes de se voir puisque le ressortissant suisse peut se rendre comme il l'entend en Moldavie, ce qu'il a déjà fait.

(ap)

Ton opinion