Logement à Genève: Régie inquisitrice auprès de futurs locataires
Actualisé

Logement à GenèveRégie inquisitrice auprès de futurs locataires

Une agence immobilière genevoise réclame une lettre de recommandation de l'employeur à ses candidats.

par
Léonard Boissonnas

«Je trouve cette pratique scandaleuse !» Ce responsable des ressources humaines dans le domaine médical n'en revient pas. Une de ses employées lui a en effet demandé une lettre de recommandation non pas pour se présenter à un autre poste de travail, mais pour solliciter un appartement auprès d'une régie genevoise.

En effet, outre les papiers usuels réclamés pour postuler à un logement, figure une «lettre de recommandation» sur le «Guide du candidat à la location» proposé par l'agence. «Lorsque j'ai contacté la régie, raconte l'employeur, on m'a expliqué que cette lettre devait contenir une appréciation subjective de mon employée avec ses bons et mauvais côtés, me confirmant qu'il s'agissait d'une garance morale.»

Une pratique à la limite de la légalité?

Pas au courant d'un tel système, François Zutter, avocat à l'ASLOCA Genève, n'est pas surpris: «Ce n'est pas étonnant de la part de cette régie qui emploie des méthodes agressives. Qu'on demande des informations sur la solvabilité du candidat est tout à fait normal, mais des impressions subjectives, cela me paraît déplacé.» Si le procédé est rare à Genève, l'ASLOCA Vaud, elle, n'exclut pas la présence de cette pratique dans la région.

Selon un avocat genevois spécialisé dans le droit immobilier, cette méthode serait contraire aux recommandations du préposé fédéral à la protection des données: «Seuls les renseignements de nature objective peuvent être sollicités par le bailleur.» Plusieurs fois contactés, les responsables de la régie n'ont pas été en mesure de nous répondre.

Ton opinion