Genève: Régime sec pour un détenu irascible
Actualisé

GenèveRégime sec pour un détenu irascible

Un prisonnier a été placé en régime de sécurité renforcée pour trois mois à Champ-Dollon. Violent et indiscipliné, il avait enchaîné les provocations.

Le détenu a épuisé la patience du personnel. (Image d'illustration)

Le détenu a épuisé la patience du personnel. (Image d'illustration)

Menace, crachat, insulte et morsure: cet individu de 27 ans est loin de constituer l'exemple du détenu modèle. Après avoir rencontré des problèmes de discipline dans l'établissement de la Croisée à Orbe (VD), il a été transféré à Genève le printemps dernier, relate «La Tribune de Genève».

Dès son arrivée à Champ-Dollon, il multiplie les provocations auprès des employés de la prison et de la direction. Il refuse notamment de se soumettre à un traitement contre la gale qui sévit dans le centre pénitentiaire. Trois jours après, il envenime un conflit entre un gardien et un compagnon de cellule en actionnant une sonnette d'alarme et en frappant sur la porte de sa cellule. Le même jour, il insulte et crache sur un employé pénitentiaire qui le prive de promenade. Le refus d'un briquet pour allumer une cigarette est également l'occasion pour lui de déclencher un autre esclandre avec une infirmière. Enfin, le jeune homme finit par vociférer lors d'une promenade.

Au vu de ces dérapages, la direction prend des mesures à son encontre et lui notifie «une décision de placement en régime de sécurité renforcée pour une durée de trois mois». Une mesure inacceptable pour le prisonnier qui fait recours. Il explique ne pas se sentir bien en prison et regrette de ne pas avoir accès au téléphone ni au travail en atelier. La justice ne l'a pas entendu. La Chambre administrative a décidé de confirmer sa mise à l'écart pendant trois mois, «en cellule individuelle et avec une promenade solitaire». Les juges estiment que le jeune homme «a été régulièrement sanctionné pour avoir troublé l'ordre public (...). Il y a lieu d'admettre que son comportement a mis en péril la sécurité de la prison.» (20 minutes)

Ton opinion