Actualisé 22.04.2008 à 18:05

Région lémanique: les loyers vont augmenter plus qu'ailleurs

Se loger coûtera encore plus cher: ces douze prochains mois, les loyers devraient augmenter de 2% en Suisse. La région lémanique reste la plus onéreuse.

Mais la hausse des prix a tendance à ralentir depuis plusieurs années, selon la dernière étude «Immo-Monitoring» publiée mardi.

Les taux de croissance des loyers sont passés de 3,1% il y a cinq ans à 2,6% il y a un an. Pour les douze prochains mois, ils sont estimés à 2,1%, lit-on dans l'étude de la société de conseils Wüest & Partner.

Ce ralentissement s'explique par l'augmentation des nouveaux logements alors qu'il est peu probable que la demande suive. La conjoncture favorable a en effet dopé la construction d'immeubles collectifs l'an dernier, un élan qui devrait être freiné par les perspectives conjoncturelles moins optimistes.

Forte hausse au bord du Léman

La région lémanique reste la plus onéreuse du point de vue des loyers. Ceux-ci devraient continuer à augmenter démesurément dans cette zone, où le manque d'offre déséquilibre le marché.

Sur les douze derniers mois, les prix ont augmenté de 3,2% dans cette région. Mais la situation pourrait s'améliorer ces prochaines années et les loyers rejoindre le niveau de ceux pratiqués en Suisse alémanique, selon l'étude.

Autres segments modérés

Dans les autres segments, la hausse des prix devrait être moins forte cette année, avec des taux de 0,5% pour les surfaces de bureau et de 1,1% pour les maisons individuelles. Les logements en propriété devraient renchérir de 1,5%, ce qui confirme le ralentissement enregistré dans ce secteur ces dix dernières années.

Du côté des maisons individuelles, la région lémanique est une fois de plus celle qui a connu la plus forte inflation. La hausse des prix a ainsi atteint 14,6% l'an dernier, alors qu'elle affichait 2,2% pour toute la Suisse. Dans cette région, 5% des habitations de ce type ont été mis en vente chaque trimestre, un taux qui dépasse largement le niveau national.

Ventes en baisse

Le prix des surfaces à vendre va pour sa part se déprécier de 0,5%. Cette évolution devrait contrebalancer le bond de 2,8% enregistré l'an dernier dans ce segment qui devrait se stabiliser à long terme, selon les experts.

Du côté des investissements, l'Immo-Monitoring s'attend à un recul. Les nouvelles constructions devraient enregistrer une baisse de 5% et les rénovations de 1%.

L'argent investi dans la construction de bâtiments commerciaux se trouve quant à lui à un niveau plutôt modeste, avec un volume total de 3 milliards de francs. Son niveau devrait stagner voire légèrement baisser cette année. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!