Actualisé 21.07.2015 à 17:02

VaudRemarié, il continue à toucher sa rente de veuf

Un filou macédonien a encaissé indûment des aides de l'Etat pendant plus de sept ans. L'homme s'était bien gardé d'annoncer sa nouvelle union.

par
Christian Humbert

«Cela pouvait se produire, ce n'est pas une première», admet un responsable du bureau des rentes de la

ville de Lausanne. Faute de contrôles, un quinquagénaire macédonien a encaissé depuis 2005 une rente de 9000 fr. par an à la suite du décès de sa femme. A l'aide sociale, seul avec un enfant, il avait alors droit à une somme calculée en fonction du nombre de cotisations éventuelles de la défunte. C'est ainsi que le bonhomme a encaissé plus de 60'000 fr. jusqu'en avril 2013, date de la découverte d'un élément nouveau et compromettant. L'homme n'était plus veuf: il s'était remarié en novembre 2005 déjà. Et n'avait pas signalé son nouvel état civil au service des rentes de l'AVS-AI. Une plainte a été déposée en janvier 2014. Le fraudeur vient d'être condamné à 180 jours-amende avec sursis et à une amende de 450 fr. pour infraction à la loi fédérale sur l'AVS. Cette dernière aura la difficile tâche de récupérer les sommes perçues en trop.

La procureure qui l'a condamné ne se souvient pas comment ce deuxième mariage est remonté à la surface. Il est possible que la nouvelle épouse ait également fait une demande d'aide sociale, ce qui aurait fait apparaître la fraude.

Une telle rente n'est distribuée qu'aux pères de famille avec un ou plusieurs enfants mineurs, précise l'employé communal de Lausanne. Un nouveau mariage conclu à l'étranger peut néanmoins échapper aux autorités suisses s'il n'est pas annoncé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!