Actualisé 02.03.2016 à 07:51

PresseRenaud reprend la plume pour Charlie Hebdo

Le chanteur Renaud reprend la plume pour l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

Le «chanteur énervant» avait déjà tenu une chronique bimensuelle dans le journal entre 1992 et 1996.

«Ça va faire plaisir à d'aucuns (nombreux j'espère), ça va valoir à Charlie quelques ventes et (ou) quelques abonnements en plus (j'espère aussi), et pis surtout ça va en énerver plus d'un, ce qui me met en joie», écrit Renaud dans cette première chronique.

«À l'insistance de Charb hier (directeur de Charlie tué dans l'attentat de janvier 2015, NDLR), à celle de Riss aujourd'hui, je reprends (...) ma plume dérisoire mais guidée par les simples désir et plaisir d'écrire, pour vous offrir deux colonnes de bonheur, de colères, d'émotions, de douleurs qui habitent ma triste vie de saltimbanque enroué», explique le chanteur au bandana rouge.

Plume bientôt politique

«Tous mes amis, mes frangins, mes poteaux ont bien essayé de me dissuader de retaper sur un clavier ma prose approximative pour Charlie», raconte le chanteur, qui avait été très affecté par l'attentat du 7 janvier 2015.

«Tant qu'à mourir, je préférerais infiniment qu'on tue l'auteur de ces lignes, héros tombé en martyr de la presse libre à cent sous plutôt qu'au guidon d'une motocyclette qui fait prout-prout ou bouffé par de méchantes métastases très désagréables», écrit-il.

Après cette première chronique très personnelle, le chanteur promet pour la suite un ton plus politique. Renaud prépare également son retour à la musique après de longues années d'absence. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!