ONU: Rencontre au sommet sino-ukrainienne à New York

Publié

ONURencontre au sommet sino-ukrainienne à New York

Les ministres chinois et ukrainien des Affaires étrangères se sont vus lors de l’Assemblée générale de l’ONU. Pékin insiste sur «l’intégrité territoriale de tous les pays», ce qui pourrait déplaire à Moscou.

Une rencontre surprise qui pourrait agacer Moscou: le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s’est entretenu, vendredi, avec son homologue ukrainien, Dmytro Kouleba, l’assurant que Pékin appelait à respecter «l’intégrité territoriale de tous les pays». Les deux hommes se sont rencontrés en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York. Il s’agit de leur première rencontre publique en face-à-face depuis le début de l’intervention militaire russe en Ukraine, fin février.

Cet entretien intervient au moment où des référendums d’annexion par la Russie ont débuté, vendredi, dans des régions d’Ukraine contrôlées entièrement ou en partie par Moscou. Ces scrutins, qualifiés de «simulacres» par Kiev et les Occidentaux, marquent une nette escalade du conflit.

«Souveraineté», «intégrité», «préoccupations légitimes»

«Le président Xi Jinping a souligné que la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays devaient être respectées», a indiqué, vendredi, Wang Yi à son homologue ukrainien. «Les préoccupations légitimes de toutes les parties en matière de sécurité doivent être prises au sérieux», a-t-il ajouté, dans une apparente référence aux inquiétudes russes vis-à-vis de l’expansion de l’OTAN.

Des propos similaires avaient déjà été tenus par les porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Mais c’est la première fois qu’ils sont prononcés de vive voix face à un haut responsable ukrainien. Wang Yi et Dmytro Kouleba s’étaient parlés au téléphone, notamment en mars et avril, mais ne s’étaient pas encore rencontrés depuis février.

«La Chine s’est toujours engagée à promouvoir des pourparlers de paix, sans jamais rester les bras croisés, jeter de l’huile sur le feu ou profiter de la situation pour en tirer un bénéfice personnel.»

Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères

Cet entretien pourrait être un signe que la Chine, officiellement neutre mais parfois accusée par les Occidentaux d’être trop conciliante avec la Russie, semble vouloir davantage équilibrer sa position. Wang Yi avait déjà rencontré, cette semaine, à New York, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

«Rejet du recours à la force»

«La Chine s’est toujours engagée à promouvoir des pourparlers de paix, sans jamais rester les bras croisés, jeter de l’huile sur le feu ou profiter de la situation pour en tirer un bénéfice personnel», a encore déclaré, vendredi, Wang Yi. À l’issue de la rencontre, le compte Twitter de Dmytro Kouleba a publié la photo d’une poignée de main entre les deux hommes, sur fond de drapeaux chinois et ukrainien. «Mon homologue a réaffirmé le respect de la Chine pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ainsi que son rejet du recours à la force comme moyen de résoudre les différends», s’est-il félicité dans son tweet.

La Chine et la Russie se sont rapprochées au cours des dernières années, intensifiant leurs relations pour faire contrepoids aux États-Unis. Pékin n’a ni appuyé, ni critiqué ouvertement l’invasion russe. Mais la diplomatie chinoise a exprimé plusieurs fois son soutien à Moscou, face aux sanctions occidentales. La Chine a toutefois réitéré, cette semaine, son appel à un «cessez-le-feu» en Ukraine.

(AFP)

Ton opinion

27 commentaires