PEUGEOT 403 BD – Rendue célèbre par l’inspecteur Columbo
La Peugeot 403 BD est peu gourmande en carburant, mais pas très rapide.

La Peugeot 403 BD est peu gourmande en carburant, mais pas très rapide.

Daniel Reinhard / www.zwischengas.com
Publié

PEUGEOT 403 BDRendue célèbre par l’inspecteur Columbo

Avec la Peugeot 403, quiconque convoitait une voiture agréable faisait le bon choix. Ceux qui voulaient économiser de l’argent optaient pour la version diesel. Elle servait même de voiture de fonction au célèbre inspecteur de la série télévisée Colombo.

par
Bruno von Rotz

Après des mois de rumeurs et de circulation de photos, la Peugeot 403 a finalement été dévoilée au printemps 1955. Avec elle, Peugeot a définitivement tiré un trait sur sa politique monomodèle et est venu ajouter une berline moderne à quatre portes à la 203, construite depuis 1948.

L’ancien et le neuf

Étant donné que Peugeot, à l’instar de la plupart des autres constructeurs automobiles, ne roulait pas sur l’or dans l’après-guerre et que la rationnement était au cœur des préoccupations, il était de mise d’utiliser un maximum de pièces communes sur la Peugeot 203, dont la fabrication se poursuivait, et sur la nouvelle 403, qui utilisait largement le soubassement de cette dernière. La nouvelle berline quatre portes profitait ainsi des nombreuses améliorations que Peugeot avait apportées à la petite 203 au fil du temps.

La carrosserie autoportante a été conçue avec l’aide de Pinin Farina et offrait, avec un empattement de 2,66 mètres, un habitacle nettement plus spacieux que celui de la 203. Peugeot a investi dans la sécurité passive et a équipé la 403 d’un moteur quatre cylindres largement remodelé, d’une cylindrée de 1468 m³ et d’une puissance de 58 ch DIN à 4900 tr/min. Selon le constructeur, cela suffisait pour atteindre une vitesse de pointe de 130 km/h. Peugeot affichait une consommation de 9,8 litres à une vitesse constante de 85 km/h. Comme sur la 203, le changement de vitesse se faisait au volant.

La nouvelle 403 a été bien accueillie par la presse et la gamme a, par la suite, été élargie avec des versions cabriolet et break.

La Peugeot 403 était une voiture moderne, mais pas tape-à-l’oeil pour autant. Aujourd’hui encore, elle offre une conduite agréable.

La Peugeot 403 était une voiture moderne, mais pas tape-à-l’oeil pour autant. Aujourd’hui encore, elle offre une conduite agréable.

Daniel Reinhard / www.zwischengas.com
Avec une vitesse de pointe à peine supérieure à 100 km/h, la 403 BD n’est pas particulièrement rapide, mais elle ne consomme en contrepartie qu’un peu plus de huit litres de diesel aux 100.

Avec une vitesse de pointe à peine supérieure à 100 km/h, la 403 BD n’est pas particulièrement rapide, mais elle ne consomme en contrepartie qu’un peu plus de huit litres de diesel aux 100.

Daniel Reinhard / www.zwischengas.com
Cet exemplaire a été bichonné au cours des décennies et la peinture a même été refaite. La carrosserie bicolore lui va comme un gant.

Cet exemplaire a été bichonné au cours des décennies et la peinture a même été refaite. La carrosserie bicolore lui va comme un gant.

Daniel Reinhard / www.zwischengas.com

Particulièrement économe

À partir de 1960, un moteur diesel 1,8 litre d’Indenor est venu s’ajouter à l’offre. À l’époque, il était encore relativement rare qu’une voiture de tourisme soit équipée d’un moteur diesel, mais ce dernier était rentable, car il offrait une consommation nettement moins gourmande à moins de 70’000 kilomètres parcourus. Avec une puissance d’environ 50 ch pour un poids d’1,1 tonne, il ne fallait évidemment pas s’attendre à des performances sportives. En termes de maniabilité, il fallait apprendre à composer avec quelques particularités. Par temps froid, par exemple, le diesel nécessitait 20 à 40 secondes de préchauffage et pour couper le moteur, il fallait couper l’alimentation en carburant. Il fallait aussi changer souvent de vitesse. Si vous accélériez au pied levé, il fallait changer trois fois de vitesse à 50 km/h. Grâce au levier situé au niveau du volant, le changement de vitesse se fait néanmoins aisément.

Le modèle diesel dépassait tout juste la barre des 100 km/h, ce qui est suffisant pour circuler de nos jours sur les routes de campagne. Sur l’autoroute, en revanche, ça laisse un peu à désirer. Les occupants bénéficient d’un châssis confortable et d’une direction à crémaillère. Le véhicule offre aux cinq passagers beaucoup d’espace et, grâce aux surfaces vitrées relativement grandes et au toit ouvrant en tôle, de série sur les versions haut de gamme à l’époque, une excellente vue panoramique.

La carrosserie en forme de ponton offre également suffisamment de place pour les bagages, et en cas de crevaison, il est possible d’accéder à la roue de secours sans avoir à sortir les valises du coffre.

Dix ans de production

La Peugeot 403, rendue célèbre par la série télévisée Colombo, dans laquelle le fameux inspecteur du même nom conduisait une version décapotable grise délabrée, a été fabriquée à plus d’1,1 million d’exemplaires sur une période d’environ dix ans. S’il y a quelques années, on pouvait encore en voir circuler au quotidien à Paris, elles se sont faites rares aujourd’hui et n’apparaissent souvent plus que dans les rencontres de voitures anciennes.

Ton opinion

3 commentaires