Neuchâtel: Renforcement de la majorité de gauche

Actualisé

NeuchâtelRenforcement de la majorité de gauche

La gauche a renforcé de deux voix sa majorité au Grand Conseil lors des élections cantonales de dimanche à Neuchâtel.

Au Conseil d'Etat, les conditions paraissent réunies pour une élection tacite, après le ballotage général enregistré au premier tour.

Le mauvais score du conseiller d'Etat sortant Fernand Cuche aura constitué la surprise des élections organisées tous les quatre ans. Alors que son parti réalise un gain de quatre sièges au Grand Conseil, le chef de file des Verts est sorti au onzième rang de l'élection au gouvernement, où 30 candidats s'affrontaient au premier tour.

L'élection au Conseil d'Etat a tourné aussi au désavantage d'un autre membre du gouvernement, Roland Debély, dont le score le place au cinquième et dernier rang de la liste du PLR. Le candidat du Val-de-Ruz a déjà laissé entendre qu'il ne comptait pas sur le second tour prévu le 26 avril pour sauver sa place au gouvernement.

Jean Studer vainqueur

Le conseiller d'Etat socialiste sortant Jean Studer est sorti en tête du premier tour de l'élection au gouvernement. Avec 22'486 suffrages, il manque la majorité absolue pour 1200 voix. Il devance sa collègue de parti Gisèle Ory (20'155 voix). La conseillère aux Etats (PS/NE) devrait prendre la succession de Bernard Soguel.

Les cinq candidats de la liste PLR réalisent un appréciable tir groupé derrière les deux socialistes. Frédéric Hainard (14'512 voix), ainsi que Claude Nicati (12'577 voix), tous deux magistrats de la Confédération, devraient entrer au gouvernement à la place de Roland Debély et de la démissionnaire Sylvie Perrinjaquet.

Vers une élection tacite

Les dirigeants du PS et du PLR n'excluaient pas dimanche en fin d'après-midi la possibilité d'une élection tacite. Selon Eric Flury, président du PS neuchâtelois, son parti proposera au PLR de reconduire la formule 3 gauche et 2 droite au gouvernement, compte tenu du renforcement de la majorité de gauche au parlement.

Les partis politiques ont jusqu'à mardi à midi - délai retenu pour le dépôt des candidatures à un éventuel second tour - pour décider de l'opportunité d'une élection tacite. Si elle est adoptée, cette solution posera néanmoins un problème au PS.

Cuche désavoué

Les cinq candidats de la liste socialiste ont réalisé en effet un meilleur résultat que Fernand Cuche. Avec 10'316 voix, la députée PS du Val-de-Travers, Johanne Lebel-Calame, devrait être élue au Conseil d'Etat, mais le PS pourrait décider de réserver un siège aux Verts, grand vainqueurs de l'élection au Grand Conseil.

Le succès des écologistes à l'élection au Grand Conseil contraste avec le net recul des socialistes et a conforté la victoire de la gauche. Celle-ci a remporté 60 sièges (&2) au parlement cantonal, contre 55 à la droite (-2), grâce également aux bons résultats réalisés par le POP-Solidarités.

Résultats définitifs

Après publication des résultats définitifs, la répartition des sièges au Grand Conseil se présente comme suit: Parti socialiste (PS) 36 sièges (-5); Parti libéral-radical (PLR) 41 sièges (&1); Union démocratique du centre (UDC) 14 sièges (-3); Verts 14 sièges (&4); POP-Solidarités 10 sièges (&3).

La poussée des Verts et le regain électoral du POP-Solidarités ont fait mieux que compenser la forte érosion du PS, qui perd cinq sièges. Pour son premier test électoral depuis la fusion des libéraux et radicaux, le PLR gagne un siège et fait figure honorable.

UDC en recul

La perte de trois sièges de l'UDC constitue une surprise. Le parti enregistre un reflux de la vague qui l'avait porté au Grand Conseil en 2005. Pour sa première participation aux élections cantonales neuchâteloise, l'UDC avait conquis d'un coup 17 sièges au parlement il y a quatre ans.

(ats)

Ton opinion