Hillary Clinton: Renforcement de la relation USA-Chine

Actualisé

Hillary ClintonRenforcement de la relation USA-Chine

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé samedi à Pékin à un renforcement et à un élargissement de la relation entre les Etats-Unis et la Chine.

Les deux plus grandes puissances de la planète confrontées aux défis de la crise économique et du changement climatique.

Après avoir souligné vendredi soir juste avant son arrivée vouloir éviter que la question des droits de l'Homme n'occulte d'autres sujets, quitte à "choquer" plusieurs organisations internationales, Mme Clinton a débuté samedi, de manière chaleureuse, ses entretiens avec les hauts dirigeants de la troisième économie de la planète.

S'ils travaillent ensemble, les deux pays peuvent aider le monde à sortir de la crise économique, a-t-elle dit samedi matin à son homologue chinois Yang Jiechi au début de leur entretien, en présence de la presse.

"Nous pensons avoir établi des bases solides, mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir", a déclaré Mme Clinton pour qui la Chine est la dernière étape d'une tournée asiatique inaugurale qui l'a déjà conduite au Japon, en Indonésie et en Corée du Sud.

La cheffe de la diplomatie américaine devait rencontrer plus tard dans la journée les deux hommes forts du pays communiste, le numéro un Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao.

Non au protectionnisme

Ensuite, lors d'une conférence de presse commune, Yang Jiechi a affirmé que tous deux étaient tombés d'accord pour refuser le retour au protectionnisme en ces temps de crise.

Ces dernière semaines, Pékin a fait part de son inquiétude face aux mesures protectionnistes contenues dans le plan de relance américain.

La Chine a par ailleurs indiqué, selon Mme Clinton, maintenir sa confiance dans les bons du Trésor américain, dont elle est le plus gros détenteur au monde.

Lors de sa rencontre avec M. Yang, Mme Clinton a dit que le président Barack Obama pourrait tenir sa première rencontre bilatérale avec Hu Jintao au moment du G20 à Londres en avril.

Clinton critiquée

Avant de quitter Séoul pour Pékin, Mme Clinton avait dit ne pas souhaiter que la question sensible des droits de l'Homme parasite les discussions.

"Les administrations (américaines) successives et les gouvernements chinois ont été agités par cette question (des droits de l'Homme) et il faut que l'on continue à faire pression. Mais (cela) ne doit pas occulter (les discussions sur) la crise économique mondiale, le changement climatique et la sécurité", a-t-elle affirmé.

Cette déclaration a entraîné de vives réactions au sein des organisations des droits de l'Homme. Amnesty International s'est dite vendredi "choquée" et "extrêmement déçue" par ces propos.

Dissidents surveillés

Le sujet a refait surface samedi. Des défenseurs des droits de l'Homme en Chine ont affirmé samedi être l'objet de harcèlements et d'intimidations de la part de la police durant la visite d'Hillary Clinton. La femme de Hu Jia, Prix Sakharov 2008 pour la liberté de pensée du Parlement européen, a dit être en résidence surveillée. Son mari purge une peine de trois ans et demi de prison pour tentative de subversion.

L'organisation Chinese Human Rights Defenders a affirmé avoir relevé plusieurs autres cas d'intimidation et de harcèlement de dissidents chinois ces derniers jours par la police chinoise pour les réduire au silence dans le cadre de la visite de Mme Clinton qui s'achève dimanche. (ats)

Ton opinion