Renforcer la haute tension pour éviter un black-out
Actualisé

Renforcer la haute tension pour éviter un black-out

La Suisse romande n'est pas à l'abri d'une panne totale d'électricité. Pour EOS,
il est urgent d'agir.

«Actuellement la Suisse romande est uniquement raccordée au réseau à très haute tension (380 kilovolts) français, mais pas au réseau suisse. Cette lacune accroît le risque de panne de courant totale telle que celle qui avait plongé quelque 500 000 Romands dans le noir en janvier 2005», a expliqué lundi Hans Schweickardt, directeur général d'Energie Ouest Suisse (EOS).

Pour la holding, il y a urgence. Elle a déposé lundi son projet de ligne à très haute tension entre Yverdon (VD) et Villarepos (FR) auprès de l'Office fédéral de l'énergie. Ce tronçon complétera celui devant relier Villarepos à Galmiz (FR). Avec le tracé valaisan Chamoson-Chippis, déjà déposé, il s'agit d'un des chaînons manquants pour compléter le réseau suisse, ont rappelé hier EOS et ses deux partenaires, Swissgrid – la société nationale d'exploitation du réseau à haute tension – et les CFF.

L'ex-régie cherche par là à augmenter la fiabilité et la sécurité du réseau électrique pour le rail en Suisse romande. Les promoteurs espèrent des décisions d'ici à la fin de l'automne pour Chamoson-Chippis et courant 2009 pour Yverdon-Galmiz. Ces projets font partie du réseau stratégique du Conseil fédéral. EOS doit faire face à un comité d'opposants qui souhaite faire enterrer ou immerger les trois maillons manquants du réseau électrique suisse.

(mme/ats)

Ton opinion