20.11.2020 à 06:01

VaudRenvois, arrêts: Gland n’a plus un seul de ses agents

Deux assistants de sécurité publique ont été licenciés, quatre autres sont en arrêt maladie. La situation interpelle.

von
Maria Pineiro
Le poste de police de Gland (VD).

Le poste de police de Gland (VD).

© Alain Rouèche 24heures

À la commune de Gland, il n’y a plus d’assistant de sécurité publique (ASP). Deux ont été licenciés avec effet immédiat en octobre après quelques semaines de suspension. Les quatre autres sont en arrêt maladie (lire ci-dessus).
Interrogée lors du dernier Conseil communal, la Municipalité a indiqué que «deux suppléants avaient été engagés». Pas de quoi rassurer tout le monde. «Cela tombe mal, Gland fait face à une recrudescence d’incivilités ces derniers mois», s’inquiète Christelle Giraud, coprésidente de Gens de Gland. Son collègue Daniel Calabrese, moins inquiet, estime toutefois que «la situation ne doit pas s’éterniser».

Tentative de museler des syndicalistes?

Jeudi, les employés virés, avec Avenir syndical et le syndicat Sud, ont dénoncé des licenciements visant à écarter des membres de la commission du personnel. Les ex-assistants affirment que les accusations d’utilisation d’un parking public avec leur auto privée et de sabotage de véhicules sont totalement fausses et fustigent un management malveillant. Les syndicats exigent une enquête et la réintégration. Le syndic ne commente pas une procédure encours.

Du côté de l’UDC, on relève que les ASP ne remplissent pas des tâches de maintien de l’ordre public, mais plutôt de contrôle du stationnement ou d’encadrement des écoliers. «La situation ne provoque pas de lacune sécuritaire», juge Maurizio Di Felice, président. Néanmoins, il s’inquiète de «broutilles qui s’accumulent». Dans une interpellation adressée à la Municipalité en juillet, le parti constatait que Gland avait désormais «les emmerdements d’une ville, mais pas la sécurité d’une ville».

Une appréciation battue en brèche par le syndic, Gérald Cretegny, qui rappelle que «la sécurité de la commune est assurée par la gendarmerie cantonale et que Gland ne connaît ni plus ni moins de problèmes que les autres villes vaudoises». Pour l’UDC, il faut rétablir un maillon de police régionale. Le syndic souhaite, lui, un débat plus large.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
204 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marcus

21.11.2020 à 14:42

Si dans le privé, un service tout entier est vidé de ses collaborateurs, la société risque fortement de mettre la clé sous la porte. Mais là pas de soucis, le pognon continue de rentrer (vos impôts). Je pense que le problème vient du management ! Non? Alors les mauvaises personnes sont parties.

lonpil

21.11.2020 à 11:18

2 licenciés sur le champs et 4 malades, y a un malaise à quelque part ?

Glandois

21.11.2020 à 05:46

Gland, j'y vais depuis 20 ans et j'aime ma ville. Innovante et sûre. Certes quelques incivilités, notamment depuis mars avec le Covid mais c'est sûrement pareil partout. Ce service est un service de proximité essentiel. Bon rétablissement aux 4 malades.