Actualisé 03.04.2020 à 06:29

Report des JO

Coûts additionnels pour le Japon et le CIO

L'annonce du report des Jeux olympiques de Tokyo d'une année ne se fera pas sans conséquences financières pour toutes les parties engagées.

Keystone

Le Comité international olympique (CIO) a reconnu que le report des Jeux de Tokyo à 2021 en raison de la pandémie de coronavirus engendrerait des «coûts additionnels» pour l'organisateur japonais mais aussi pour le CIO, sans estimer les dégâts. Le chiffrage des coûts? «C'est un processus en cours», a répondu lors d'une conférence de presse le directeur des Jeux olympiques Christophe Dubi. «Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura des coûts additionnels pour le comité organisateur de Tokyo ainsi que pour le CIO et la famille olympique, nous y sommes très attentifs.»

«Cela représente des dizaines de milliers de lignes budgétaires à revoir, a-t-il ajouté. Tokyo était dans une situation financière excellente avant la crise. Ils ont mené une campagne fantastique en terme de marketing, de vente de billets et logements. Cela aide énormément car ils avaient dégagé des revenus très importants, nous pouvons compter là-dessus.»

La semaine dernière, le CIO et le Japon ont annoncé le report à 2021 des Jeux de Tokyo-2020 en raison de la pandémie de coronavirus, une première en temps de paix. L'annonce lundi des nouvelles dates, du 23 juillet au 8 août 2021, est «rassurante», selon Christophe Dubi: «C'est très bien d'avoir une date. Pour nous, cela apporte de la certitude.» Ce d'autant plus que les calendriers 2020 et désormais 2021 du sport mondial, quasiment à l'arrêt depuis mi-mars mars, sont chamboulés par le Covid-19.

Footballeurs en attente

D'un point de vue réglementaire, le directeur des sports du CIO Kit McConnell a indiqué que rien n'avait été décidé par rapport aux footballeurs âgés de moins de 23 ans éligibles cette année pour les Jeux qui ne le seront plus l'an prochain, en dehors des quatre joueurs plus âgés qui peuvent être inscrits par chaque équipe. «Nous sommes en discussions avec les fédérations, notamment la FIFA».

Il a également répété que les athlètes déjà qualifiés pour les Jeux (environ 57% des quelque 11000 participants) le resteraient pour 2021, ainsi que les places débloquées par certains pays, mais que les Comités olympiques nationaux restaient maîtres de sélectionner ou non ces athlètes, comme c'est le cas habituellement.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!