Libye: Report sine die du procès de Seif al-Islam

Actualisé

LibyeReport sine die du procès de Seif al-Islam

Le procès de Seif al-Islam, fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi, a été reporté sine die, a indiqué lundi un porte-parole du bureau du procureur général libyen.

Le procès avait annoncé pour septembre par les autorités judiciaires libyennes. «Nous étions prêts pour le procès depuis le mois dernier. Mais l'extradition d'Abdallah al-Senoussi (ex-chef des renseignements du régime de Mouammar Kadhafi) va conduire à de nouvelles investigations dans certaines affaires», a déclaré Milad al-Dikali.

«L'enquête va prendre un peu de temps. Nous ne pouvons pas préciser une nouvelle date, mais à mon avis, un procès pourrait se tenir au début de l'année prochaine», a déclaré ce responsable chargé du dossier de Seif al-Islam. M. Dikali a précisé par ailleurs que la famille de Seif al-Islam souhaitait lui désigner un avocat.

Le 23 août, le bureau du procureur général avait annoncé la tenue en septembre du procès de Seif al-Islam, dans la ville de Zenten où il est détenu depuis son arrestation en novembre 2011.

Seif al-Islam Kadhafi fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes contre l'humanité commis pendant la révolte qui a provoqué la chute puis la mort de son père en 2011. Les autorités libyennes ont déposé le 1er mai une requête contestant la compétence de la CPI pour poursuivre le seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye.

Beau-frère de Kadhafi, Abdallah al-Senoussi, également recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité avait été arrêté mi-mars en Mauritanie. Il a été remis le 5 septembre à la Libye où il a été incarcéré. (ats)

Un colonel de l'armée de l'air tué à Benghazi

Un colonel de l'armée de l'air libyenne a été tué lundi par des inconnus à Benghazi, un assassinat qui s'ajoute à plusieurs autres visant des officiers de l'armée ou de la sécurité dans l'est du pays, a indiqué un porte-parole du chef d'état-major.

Des inconnus ont «tiré sur la voiture du colonel Badr Khamis al-Abidi qui a été touché à la tête», a indiqué à l'AFP Ali al-Chikhi.

Selon M. Chikhi, l'officier, qui a travaillé sous le régime de Mouammar Kadhafi sans être impliqué dans la répression de la rébellion, a été assassiné dans la région de Hawari, dans le sud de Benghazi. Cet assassinat s'ajoute à plusieurs autres perpétrés dans l'est du pays et visant des officiers ayant travaillé dans les services de sécurité de l'ancien régime.

Le dernier en date, a eu lieu le 2 septembre quand un colonel des services de la sécurité intérieure sous l'ancien régime a été tué par l'explosion de sa voiture piégée, dans le centre de la ville de Benghazi. Ces attentats sont généralement attribués au islamistes radicaux, sévèrement réprimés sous l'ancin régime et qui tenteraient de se venger de leurs bourreaux.

Ton opinion