Actualisé 15.01.2016 à 16:09

Belgique

Reporters tabassés devant l'appart du kamikaze

Présents devant le domicile de Chakib Akrouh, dernier terroriste des attentats de Paris identifié, des journalistes ont été violemment agressés vendredi matin. Ils ont porté plainte.

de
joc

Constamment médiatisée depuis les attentats de Paris, la commune belge de Molenbeek vit toujours sous haute tension. Vendredi matin, une perquisition a été menée au domicile de la famille de Chakib Akrouh, identifié cette semaine comme étant le terroriste qui s'est fait exploser lors de l'assaut policier à Saint-Denis.

Une équipe de la chaîne RTL Info ainsi qu'un journaliste de France 3 étaient sur place pour couvrir l'événement, rapporte le site 7 sur 7. Une présence qui a fortement déplu à certains proches du terroriste, dont son frère, Mohamed Akrouh: «Fils de p***, pourquoi tu sonnes comme ça chez moi? (...) C'est quoi le problème? Arrêtez de filmer! Qui a sonné chez moi comme ça? Il y a des gens qui dorment. Dégage ce micro! Dégage, j'ai pas besoin! Mon frère il est mort. Casse-toi», s'énerve le jeune homme.

Un ami de Mohamed Akrouh surgit alors et assène un violent coup de pied à un employé de RTL Info. La même personne s'en prend ensuite au reporter de France 3, le frappant et tentant de l'étrangler, rapporte RTL.be. Après quelques secondes mouvementées, l'équipe finit par renoncer: «On part les gars, calmez-vous!», lance l'un des journalistes.

RTL indigné

La chaîne de télévision belge a réagi à cet incident, via un communiqué: «Dans l'exercice de son métier, et alors qu'il tentait depuis la voie publique d'entrer en contact avec des proches d'un des suspects des attentats de Paris, un de nos journalistes a été frappé sans raison par un individu», a déploré RTL Belgium, qui a exprimé sa profonde indignation face à cette agression «qui constitue une atteinte inacceptable à la liberté de la presse». Les journalistes des deux équipes de télévision ont porté plainte pour coups et blessures.

Après l'altercation, le logement du frère de Mohamed Akrouh a également été perquisitionné. Chakib Akrouh, Belgo-Marocain de 25 ans, s'est fait exploser le 18 novembre lors d'un assaut policier contre un appartement de Saint-Denis. Les enquêteurs pensent que ce kamikaze faisait partie du «commando des terrasses» qui a frappé le 13 novembre dans les rues de Paris.

Le témoignage d'un journaliste présent sur place

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!